Jean-François Mouhot – « C’est Jules César qui a tué Napoléon »

Grain de sel/poivre ?
Grain de sel/poivre ?
Jean-François Mouhot - "C'est Jules César qui a tué Napoléon"
/
Temps de lecture : 3 minutes

PHARE FM : Bonjour Jean-François, vous allez encore nous parler de climato-scepticisme ce matin?

J’ai eu l’occasion de parler de la crise environnementale dans une église ce week-end et j’ai été à nouveau confronté à des personnes qui pensaient que le réchauffement climatique était causé par le soleil, alors que cette hypothèse a été réfutée depuis longtemps par les scientifiques. Ça m’interpelle toujours quand j’entend de telles affirmations….

PHARE FM : Quelles sont les raisons des doutes concernant le réchauffement climatique?

Antoine Bret, qui est professeur de physique à l’université, vient d’écrire un article assez humoristique sur le site “Science et Foi” intitulé “C’est Jules César qui a tué Napoléon!”. Comme l’écrit Antoine Bret, “Certaines assertions sont clairement vraies ou fausses, mais il faut être un tantinet « initié » pour s’en rendre compte. Quelques connaissances d’histoire suffisent pour savoir que César n’a pas tué Napoléon”. “Seulement voilà, si l’immense majorité des adultes connaît assez l’histoire pour hausser les épaules, en entendant quelqu’un prétendre que Jules César a tué Napoléon” beaucoup de gens n’ont pas suffisamment de connaissances en physique pour se rendre compte que le changement climatique n’est pas causé par le soleil.

PHARE FM : Est-ce la seule raison?

Non, il y en a d’autres. Pour reprendre l’exemple d’Antoine Bret, il y a sous doute des personnes qui pensent que Jules César a vraiment existé. Seulement, à peu près tout le monde s’en moque. Pourquoi? Parce que ça ne porte pas à conséquence. Tandis que douter de l’origine humaine du changement climatique a des conséquences concrètes: ça légitime le fait de ne rien faire pour tenter de régler le problème, de continuer à vivre comme si de rien n’était. Mais c’est aussi une manière de dire à ceux qui s’inquiètent pour l’avenir de la planète que leurs préoccupations ne nous intéressent pas.

PHARE FM : Mais pourtant, les scientifiques peuvent aussi se tromper, non?

Certes, il y a des menteurs, des tricheurs, parmi les scientifiques comme parmi tous les autres hommes. Et il peut y avoir des erreurs scientifiques, mais encore faut-il le démontrer. Or il n’y a aucune autre explication qui tienne la route à ce jour pour expliquer le changement climatique, à part les émissions humaines. Notons que le réchauffement avait été prévu par les scientifiques il y a 200 ans avant d’être observé. Et puis, n’oublions pas que l’église peut aussi lourdement se tromper, comme quand elle a condamné Galilée coupable d’avoir affirmé que la terre tournait autour du soleil. Et oui, à l’époque, la théologie de l’église affirmait l’inverse, sur la base de croyances absolument pas basées sur la Bible d’ailleurs, mais sur des systèmes hérités de la Grèce antique.

PHARE FM : Il y a 1600 ans déjà, Augustin mettait en garde contre cette erreur…

En effet, comme le rappelle Antoine Bret dans son article, Augustin écrivait:

Rien ne serait plus honteux, plus déplorable et plus dangereux que la situation d’un chrétien, qui traitant de ces matières, devant les infidèles, comme s’il leur exposait les vérités chrétiennes, débiterait tant d’absurdités, qu’en le voyant avancer des erreurs grosses comme des montagnes, ils pourraient à peine s’empêcher de rire… Comment en effet, après avoir vu un chrétien se tromper sur des vérités qui leur sont familières, et attribuer à nos saints Livres ses fausses opinions, comment, dis-je, pourraient-ils embrasser, sur l’autorité de ces mêmes livres, les dogmes de la résurrection des corps, de la vie éternelle, du royaume des cieux, quand ils s’imaginent y découvrir des erreurs sur des vérités démontrées par le raisonnement et l’expérience ? On ne saurait dire l’embarras et le chagrin où ces téméraires ergoteurs jettent les chrétiens éclairés.