Jean-François Mouhot – Voiture électrique

Grain de sel/poivre ?
Grain de sel/poivre ?
Jean-François Mouhot - Voiture électrique
/
Temps de lecture : 3 minutes

PHARE FM : Aujourd’hui, vous voulez nous parler de la voiture électrique et des indulgences…

Jean-François : Oui, un documentaire intitulé “La Face cachée des énergies vertes” diffusé ce mois sur Arte (et disponible en replay jusqu’au 22 janvier) m’a fait penser aux indulgences qui ont été un des déclencheurs de la Réforme initiée par Luther il y a 500 ans.

PHARE FM : Que disait ce documentaire?

Jean-François : Face au changement climatique et aux problèmes de dépendance aux énergies fossiles, de nombreux pays se sont engagés dans la transition énergétique. Depuis la Conférence du climat à Paris en 2015 qui a fixé d’ambitieux objectifs de réduction des gaz à effet de serre, les énergies dites “vertes” (les éoliennes, les panneaux solaires principalement…) sont en plein essor. Surtout, comme le montre le documentaire, “la voiture électrique est devenue la mascotte de cette révolution technologique”. Elon Musk, le patron de Tesla, vient ainsi de dépasser Bill Gates comme deuxième homme le plus riche de la planète.

PHARE FM : Mais le bilan carbone des voitures “Zéro-émission” est quand même bien meilleur qu’une voiture normale au pétrole, non?

Jean-François : Les constructeurs communiquent peu sur le bilan carbone de leurs voitures. Car elles consomment une électricité pas toujours propre (c’est le cas dans les pays où l’électricité est produite en majorité par du charbon ou du gaz). Par ailleurs, l’énergie grise est le double de celle d’une voiture classique (on appelle énergie grise la quantité d’énergie consommée lors du cycle de vie d’un produit).
Surtout, le documentaire montre à quel point les voitures électriques, comme les panneaux solaires et les éoliennes, nécessitent pour leur fabrication de très nombreux métaux rares dont l’extraction est très polluante. Pour avoir des villes plus propres et la conscience tranquille, nous externalisons notre pollution vers des pays comme la Chine où les droits de l’homme et les tentatives de régulation font peu de poids face à la frénésie du développement.

PHARE FM : Le but des voitures électriques est aussi de nous affranchir de notre dépendance au pétrole, non?

Jean-François : Oui, mais là encore le but est en grande partie raté car même si on y parvient nous devenons dépendant d’autres pays, comme la Chine, qui sont les principaux producteurs des métaux rares nécessaires pour les énergies vertes. En fait c’est toute la question des énergies renouvelables qui pose problème. C’est un mythe de croire que les énergies renouvelables vont pouvoir nous sortir du problème énergético-climatique dans lequel nous nous trouvons. Les renouvelables peuvent être une partie de la solution, mais posent d’autres problèmes d’intermittence et de stockage, notamment. Et les renouvelables concernent seulement la production d’électricité, soit 20% de la consommation d’énergie totale en Europe par exemple.

PHARE FM : Quel rapport avec les indulgences alors?

Jean-François : Les indulgences étaient vendues au XVIe siècle par l’église qui promettait à ceux qui les achetaient qu’ils passeraient moins de temps dans le purgatoire. Pour Luther, c’était une façon d’acheter son salut et c’était bien sûr très loin de l’évangile qui offre le salut gratuitement. C’est en réaction à ces indulgences que la Réforme a démarré.
Acheter une voiture électrique aujourd’hui fait penser aux indulgences parce qu’on peut avoir l’impression qu’en roulant en voiture électrique on peut avoir bonne conscience et éviter ‘l’enfer’ du changement climatique. Alors que l’évangile nous invite plutôt à ne pas idolâtrer les choses, et réfléchir plutôt à se contenter de ce dont on a besoin. Alors si vous envisagez d’acheter une voiture prochainement, privilégiez les petits modèles, les moins gourmands en matière et en énergie, et priez et demandez à Dieu de vous guider!