Grain de sel ou grain de poivre du 29 avril 2020 – Jean-Marc Bellefleur – Préparez vos baskets !

Grain de sel ou grain de poivre du 29 avril 2020 – Jean-Marc Bellefleur – Préparez vos baskets !
Grain de sel/poivre ?

 
Play/Pause Episode
00:00 / 3:33
Rewind 30 Seconds
1X

PHARE FM : Bonjour Jean-Marc Bellefleur !

CHRONIQUEUR : Bonjour Lisa et Nathanaël. Préparez vos baskets !

PHARE FM : Ah vous nous parlez de sport aujourd’hui, Jean-Marc ?

CHRONIQUEUR : Pourquoi pas. C’est bientôt le déconfinement, Lisa, alors vous pourrez sortir, hop ! hop ! Du jogging sur PLUS d’un kilomètre ! Ah profiter des beaux jours, enfin… Moi je pourrai ENFIN aller me faire couper les cheveux, même si, en quantité, il ne m’en reste pas beaucoup.

Plus sérieusement, je voudrais évoquer aujourd’hui le déconfinement. En France, en Belgique, en Suisse, c’est LE sujet en ce moment.

PHARE FM : Oui et ce sujet suscite toutes sortes de réactions.

CHRONIQUEUR : Il y a l’espoir, tout d’abord. On a tous envie de recouvrer la liberté ! De pouvoir aller faire des courses QUI NE SONT PAS de première nécessité, de profiter des squares ou des forêts. Les personnes en emploi précaires aspirent à retrouver des revenus, et tous ont envie de reprendre le travail, je pense. Mais il y a aussi la peur. Des parents ont peur qu’en reprenant l’école, leurs enfants soient contaminés. Et que dire des transports en commun, et des bureaux, des ateliers, les magasins…

PHARE FM : On ne sait pas trop comment tout ça va se passer, en fait.

CHRONIQUEUR : Il y a beaucoup d’incertitudes et c’est normal ! On n’a aucune expérience, dans ce domaine, sur laquelle on pourrait s’appuyer. Alors, je cite, on “attend des réponses”, on reproche à telle administration “d’être dans le flou”, à telle autre de “changer d’avis, ce qui met en insécurité”… Et les personnes qui bravent déjà les consignes sanitaires, comment vont-elles se comporter ?

PHARE FM : Ce qui vous inquiète, c’est finalement ce que tous ensemble nous allons faire de cette liberté recouvrée.

CHRONIQUEUR : Bon je me réjouis aussi, comme je l’ai dit avec mon salon de coiffure. Mais oui, je m’inquiète : Comment les gens vont-ils se comporter dans les magasins ? Comment les gens vont pratiquer les “gestes barrière” ? Les gens ne vont-ils pas abuser, se lancer de plus belle dans la consommation, la frénésie des loisirs ? Ne vont-ils pas retrouver comme avant l’égoïsme, le matérialisme, et j’en passe ?

PHARE FM : Mais nous apprenons aussi de belles choses, pendant le confinement…

CHRONIQUEUR : Ah oui, et j’espère justement que nous n’allons pas les oublier. L’authenticité du silence, par exemple, la beauté de la nature, ou la convivialité avec les voisins !

PHARE FM : Et aussi la considération pour le personnel de santé, par exemple.

CHRONIQUEUR : On les applaudit aujourd’hui. Il faudra que notre reconnaissance se maintienne ! Prenez aussi les éboueurs. Pendant le confinement, certaines personnes leur collaient des messages d’encouragement sur les poubelles. Il faudra que ça continue aussi ! Les agriculteurs, le personnel des supermarchés, le service à la personne, tous ces “héros de deuxième ligne”, nous devrons continuer de leur manifester notre respect, notre reconnaissance, notre solidarité !

PHARE FM : Donc il faudra user de notre liberté d’une manière constructive.

CHRONIQUEUR : Je vous propose une petite expression qui résume le tout : “déconfinement citoyen”. Citoyen, parce que nous allons y mettre du nôtre pour que ça se passe bien, appliquer les consignes de manière constructive, intelligente, inventive. Citoyen, parce que nous allons prendre garde aux autres, nous ferons tout pour ne pas “replonger”. Citoyen, parce qu’il faudra conserver les choses apprises en confinement, comme le respect de tous les métiers, le risque d’une consommation excessive, le respect de la nature, et la solidarité matérielle, qui va être vraiment nécessaire dans les mois à venir.

PHARE FM : Merci Jean-Marc.