Timothée Paton – Comment va votre voisin ?

Grain de sel/poivre ?
Grain de sel/poivre ?
Timothée Paton - Comment va votre voisin ?
/
Temps de lecture : 2 minutes

VOTRE VOISIN VA COMMENT ?

PHARE FM : Alors, l’autre jour il vous est arrivé une drôle d’aventure…

Timothée : Ca faisait 3 jours et 3 nuits que le voisin au-dessus, un homme seul d’une cinquantaine d’années faisait beaucoup de bruit. D’habitude on ne l’entend jamais. C’était comme s’il tombait du lit.
Alors, après 3 jours, je monte à l’étage. Je frappe à la porte, je sonne. J’entends une voix au loin :  » Je suis malade !’
Sa porte est fermée…

PHARE FM : Vous avez alors fait comment ?

Timothée : Je suis descendu voir la voisine dans bas, une dame de 80 ans. Elle me rejoint devant la porte de notre voisin. On trouve le double de la clé dans une boite à côté de la porte d’entrée.
Quand on a pénétré à l’intérieur de l’appartement, tout était noir. Y a même plus d’électricité.
Et cette voix au fond du couloir, dans une des pièces qui nous dit « Apportez moi un verre d’eau… »
Quand je pousse la porte de la chambre, tout est sombre… J’aperçois la silhouette du voisin, courbé au sol, au bord de son lit.

PHARE FM : Qu’est-ce qu’il lui ait arrivé ?

Timothée : La moitié de son corps était paralysé. Il venait de passer plusieurs jours et nuits à terre. Le bruit que j’entendais de chez moi c’étaient les fois où il avait tenté après beaucoup d’effort de se lever ; pour aussitôt s’effondrer par terre.
Il ne pouvait même pas se déplacer jusqu’au salon pour mettre la main sur son portable et appeler à l’aide.
Il n’avait pas manger ni bu depuis plusieurs jours.
Il ne pouvait même pas se déplacer pour aller aux toilettes ou à la salle de bain. En fait, Il était en train de mourir à petit feu ; et personne ne le savait.

PHARE FM : Vous avez appelez le SAMU ?

Timothée : Oui j’ai appelé le 15 (n’oubliez pas ce numéro, le 15).
En moins de 15 minutes, ils étaient là. Ou plutôt elles étaient là : deux jeunes femmes formidables (elle avaient déjà eu 10 interventions la veille et venaient de passer une nuit blanche) …
Elles l’ont aidé à s’habiller. Il n’avait pas la force d’enfiler un pantalon. Elles l’on installé sur un siège et l’on descendu du 4ème étage, marche par marche.
Entre deux étages, ce pauvre homme, maigre, sale et malade nous dit ceci : « Vous savez, j’ai crié à Dieu, j’ai crié à Dieu, jour et nuit ».
Je me suis tourné vers lui et je lui ai dit : « Vous avez bien fait. Vous voyez, Il vous a répondu ».

PHARE FM : Timothée, vous étiez probablement le seul voisin à l’avoir entendu.

Timothée : Je suis son seul voisin. Je ne serai pas monté, il serait peut-être mort.
Pour être honnête après 3 nuits, je commençais à en avoir assez. Je pensais qu’il faisait du bruit, sans gêne. Je me disais  » C’est pas possible, il peut pas faire moins de bruit !  » Mais en fait, il était en danger.
Depuis, la voisine d’en bas appelle maintenant tous les deux jours l’hôpital. Elle me dit qu’il est en neurologie.
En ces temps difficiles que nous vivons tous, prenez des nouvelles de vos voisins. Beaucoup vivent seuls, parfois oubliés de tout le monde. Allez toquer à leur porte. Demandez-leur si ça va…
On peut malheureusement vivre des années dans un immeuble, un quartier sans savoir comment vont nos voisins.

PHARE FM : Merci Timothée pour ce rappel.