Sylvain Studer – Premier bilan pour l’an 2020

Sylvain Studer – Premier bilan pour l’an 2020
Grain de sel/poivre ?

 
Play/Pause Episode
00:00 / 3:45
Rewind 30 Seconds
1X

Notre nouveau chroniqueur, Sylvain Studer, journaliste, écrivain et professeur de langues, souhaite dresser un bilan pour cette année 2020. 

PHARE FM : Sylvain, l’année 2020 n’est pas terminée que vous souhaitez déjà dresser un premier bilan…

Sylvain : Oui, parce que la situation nous y prête ! L’année n’est pas encore terminée que déjà, elle a marqué de son empreinte l’esprit de toute la population et laisse entrevoir des lendemains qui déchantent. Jamais depuis l’après-guerre la France n’avait connu une année plus effroyable.

Crise sanitaire, crise migratoire, crise économique, églises vandalisées et brûlées sur l’ensemble du territoire, multiplication des meurtres, récupération de l’affaire George Floyd par un groupuscule antiraciste, détresse croissante des forces de l’ordre et des pompiers face à la recrudescence des violences et des attaques dont ils sont victimes.

PHARE FM : Sylvain, à vos yeux donc, ça sent vraiment le roussi aux pays des Droits de l’Homme.

Sylvain : Oui, ça sent d’autant plus le roussi que nous avons l’impression que le gouvernement ne s’émeut pas de la situation mais qu’au contraire, il la laisse sciemment s’envenimer. Il suffit d’évoquer le nom du professeur Raoult pour mesurer le fossé qui peut exister entre les personnes de bonne et de mauvaise volonté. Au lieu d’être acclamé comme un héros en ce qu’il a sauvé un nombre important de vies humaines au plus fort de l’épidémie, voilà qu’on en vient à le traîner devant la commission d’enquête parlementaire et qu’on le marginalise.

PHARE FM : D’autre part, et relativement à ce que vous indiquiez, il y a effectivement ces églises et ces cathédrales qui partent en fumée

Sylvain : Oui, et cela témoigne de l’attaque généralisée du patrimoine culturel et religieux français. Au travers de ce joyeux gothique que représente la cathédrale de Nantes par exemple, c’est l’âme de la France qui est pourfendue, le tout dans l’indifférence politique quasi-totale.
Enfin, les meurtres récents qui se sont produits sur notre sol doivent nous alerter sur le fait qu’une guerre civile se rapproche, et ce ne sont pas les événements de Dijon qui nous feront mentir : ce règlement de compte entre Tchétchènes et musulmans alors armés jusqu’au dent signale la présence d’hommes dangereux sur notre sol et contre lesquels on ne lutte pas vraiment, alors que les conditions dans lesquelles est morte Axelle Dorier sont dramatiques.

PHARE FM : Sylvain vous parler d’Axelle Dorier, cette aide-soignante de Lyon dont la mort a suscité de vives émotions.

Sylvain : Oui, une mort atroce qui n’est pas sans nous rappeler celle de Philippe Monguillot, roué de coups à Bayonne pour une histoire de masque. Alors on constate qu’au travers des malades qu’on ne soigne pas, des édifices religieux qu’on brûle, et des citoyens qu’on assassine, il y a comme un esprit de mort qui flotte sur la France.

PHARE FM : Un esprit de mort ?

Sylvain : Absolument, un esprit de mort s’attaquant aussi bien à la chair qu’à l’âme françaises, conséquence, à mon sens, du processus de déchristianisation entamé lors de la Révolution de 1789. La France qui s’est bâtie sur l’Eglise au temps de Clovis voit maintenant son héritage spirituel se consumer. Pour qu’elle revive, pour qu’elle ressuscite, je crois que la France devra absolument remettre l’église au milieu du village, sinon quoi elle poursuivra sa lente agonie pour enfin disparaître.

PHARE FM : Mais alors est-ce que vous croyez que la France puisse « ressusciter » comme vous dites ?

Sylvain : Tout-à-fait ! Je le crois d’autant plus que la France a ressuscité plusieurs fois tout au long de son histoire. Quand elle est désespérée, il y a toujours quelqu’un qui se lève et qui lance la révolte. La France est occupée par les nazis et de Gaulle se lève. La France est occupée par les Anglais et Jeanne d’Arc se lève. Les Révolutionnaires imposent la Terreur et Bonaparte se lève. La France n’est pas surnommée « Fille aînée de l’Eglise » par hasard. Elle a l’évangile dans le sang, ainsi ne peut-elle jamais mourir complètement.