Grain de Sel ou Grain de Poivre ? du 10 mars 2020 – Jean-Philippe Rouillier – Les origines de la St-Patrick

Grain de sel/poivre ?
Grain de sel/poivre ?
Grain de Sel ou Grain de Poivre ? du 10 mars 2020 - Jean-Philippe Rouillier - Les origines de la St-Patrick
/
Temps de lecture : 2 minutes

PHARE FM : Bienvenue Jean-Philippe Rouillier. Vous enseignez l’histoire politique du monde anglo-saxon. Aujourd’hui vous avez choisi de nous parler la St Patrick, fête nationale irlandaise célébrée le 17 mars chaque année.

Chroniqueur : Et oui. C’est sans aucun doute l’une des fêtes nationales les plus populaires sur terre. Et contrairement au 14 juillet ou au 4 juillet américain, la St Patrick donne lieu à des réjouissances dans le monde entier. Il y a en effet plus d’Irlandais expatriés que de gens vivant sur place.

PHARE FM : Comment expliquer cette réalité ?

Chroniqueur : C’est à la fois très simple et très grave. Entre 1845 et 1849, une famine ravage l’Irlande, à l’époque placée sous l’égide de Londres. La pomme de terre qui représente 90% de l’alimentation locale est décimée, et des millions de catholiques se retrouvent sur le carreau avec leurs enfants. Incapables de payer leur loyer aux riches propriétaires terriens importés par la couronne au siècle précédent, ils sont chassés sans ménagement et se retrouvent parqués sur des navires en partance pour le nouveau monde : USA et Canada principalement. C’est ainsi que la communauté irlandaise émigre bien malgré elle, pour aller s’implanter outre atlantique.

PHARE FM : C’est pourquoi on les retrouve aujourd’hui un peu partout.

Chroniqueur : Exactement. La diaspora irlandaise est très active dans plusieurs grandes villes américaines comme Boston, Philadelphie, Austin TX ou Chicago. Certains états comme le Massachusetts ou la Pennsylvanie sont connus pour leur culture irlandaise très présente. Dans ces endroits, la St Patrick est fêtée en grande pompe : défilé en costumes verts, Guinness à volonté, danses irlandaises, et il n’est pas rare que l’on verse pour l’occasion du colorant vert dans la rivière qui traverse la ville.

PHARE FM : On peut dire que l’Irlandais sait faire la fête…

Chroniqueur : L’Irlandais typique est joyeux et aime chanter. Il suffit de se promener dans les rues de Dublin pour s’en rendre compte. Durant les tournois de foot ou de rugby, les supporters sont réputés pour être à la fois bruyants et très respectueux. On se souvient de cette vidéo tournée pendant l’Euro 2016, durant laquelle on voit un groupe de supporters irlandais chanter une berceuse à un bébé dans une poussette dans le métro parisien.

PHARE FM : Parlez nous un peu de l’origine de cette fête.

Chroniqueur : Le 17 mars, les Irlandais fêtent la disparition de leur saint patron. Les fondements de la Saint-Patrick sont donc religieux et catholiques. L’ironie de l’histoire veut cependant que Saint Patrick ne soit pas d’origine irlandaise mais écossaise. Il serait en effet né en 393 en Ecosse, puis capturé par des Irlandais à l’âge de 16 ans et réduit en esclavage pendant 6 ans. Ce n’est que plus tard qu’il retourna en Irlande, après avoir vu en rêve, les gens du pays le supplier de revenir. Il évangélisa alors la verte Érin, en reprenant l’image du trèfle et de ses 3 feuilles pour expliquer la trinité. 1 Dieu en 3 personnes, comme 1 plante et 3 feuilles.

Par ailleurs, la date du Saint-Patrick, le 17 mars, tombe également en plein carême, au milieu d’une période de jeûne. Si la bière coule à flots de nos jours, ce ne fut pas toujours le cas. Jusque en 1961, une loi imposait même aux pubs d’Irlande de fermer ce soir-là. Depuis les choses ont bien changé…