[L’INVITÉE DE LA SEMAINE] Audrey SCHAAL – Oculariste

L'invité de la semaine Mulhouse
L'invité de la semaine Mulhouse
[L’INVITÉE DE LA SEMAINE] Audrey SCHAAL - Oculariste
/
Temps de lecture : 2 minutes

L’invitée de la semaine de Philippe sur PHARE FM MULHOUSE & Bâle est Audrey SCHAAL – Oculariste

Qu’est-ce qu’une oculariste ?

Une oculariste est une professionnelle formée à la fabrication et à l’adaptation de prothèses oculaires, également appelées yeux artificiels. Le métier d’oculariste remonte au début des années 1800, et aujourd’hui ils sont moins d’une centaine en France à exercer.

Les ocularistes utilisent leurs connaissances de l’anatomie, de la physiologie et de la théorie des couleurs pour créer des prothèses sur mesure qui ont l’air aussi naturelles que possible. L’objectif de l’oculariste est de restaurer l’apparence du patient ainsi que sa confiance en lui. Les ocularistes travaillent avec des patients de tous âges, des nourrissons aux personnes âgées et quelle que soit la raison pour laquelle ils ont perdu un œil (cancer, traumatisme ou autres).

Les ocularistes sont des artisans hautement qualifiés qui suivent une formation rigoureuse. Il s’agit d’un métier hautement spécialisé qui exige beaucoup d’art et de précision.

Activités de l’oculariste

Les missions de l’oculariste sont triples :

  • Restaurer l’apparence de l’œil le plus fidèlement possible et rétablir les mouvements fonctionnels de l’œil et apporter soutien et conseils au patient tout au long du processus.

Profession totalement artisanale, l’oculariste travaille en étroite collaboration avec le patient pour déterminer les possibilités d’appareillage au cas par cas en fonction des contraintes et des pathologies avant de créer une prothèse aussi réaliste que possible, en tenant compte de la couleur de la peau, des cheveux et des yeux du patient.

Il procédera donc à la prise de mesure, d’empreinte et de moulage de l’œil. Les matériaux utilisés sont du verre ou du polyméthacrylate de méthyle.

En plus de créer la prothèse, l’oculariste l’adapte et l’ajuste, en veillant à ce qu’elle soit confortable et sûre.

De la qualité de la prothèse dépend souvent l’intégration (ou réintégration) sociale des personnes concernées.