[L’INVITÉE DE LA SEMAINE] Delphine BRUNEL – Château du Koenigsbourg

,
L'invité de la semaine Mulhouse
L'invité de la semaine Mulhouse
[L’INVITÉE DE LA SEMAINE] Delphine BRUNEL - Château du Koenigsbourg
/
Temps de lecture : 2 minutes

L’invitée de la semaine de Philippe sur PHARE FM MULHOUSE est Delphine BRUNEL – responsable de la programmation culturelle du Château du Koenigsbourg

Le château du Haut-Koenigsbourg

Passer la haute porte du Haut-Koenigsbourg, c’est plonger dans l’univers du Moyen Âge. De la cour basse avec son auberge, sa forge et son moulin, aux escaliers en colimaçon, qui mènent aux appartements meublés du seigneur, découvrez une architecture, un mobilier, une atmosphère chargée d’histoires.

Ponts-levis, salle d’armes, donjon et canons rappellent à chaque instant la vocation de cette forteresse de montagne qui fut assiégée, détruite et pillée.

Abandonné après 1633, ce château fort prestigieux est offert par la ville de Sélestat à Guillaume II de Hohenzollern en 1899. Rêvant de ressusciter l’ancien empire germanique, il assouvit sa passion du Moyen Âge en confiant la restauration du château à l’architecte Bodo Ebhardt, spécialiste de la fortification médiévale.
Au début du 20e siècle, la dimension politique de ce grand chantier doit légitimer la toute jeune dynastie impériale des Hohenzollern et affirmer aux yeux du monde la puissance du nouvel empire. Aujourd’hui, on admire davantage l’aspect pédagogique d’une restauration qui, sans être incontestable, est la plupart du temps vraisemblable.

 

La Collectivité européenne d’Alsace, au-delà des actions réalisées au château du Haut-Koenigsbourg :
  • accompagne les porteurs de projets, les propriétaires et gestionnaires de monuments dans le montage de leurs projets de valorisation et de sauvegarde,
  • fournit un accompagnement technique et méthodologique pour permettre à des acteurs non professionnels ou spécialisés de monter et faire vivre des projets sur et autour du patrimoine,
  • anime et structure le réseau des acteurs associatifs du patrimoine,
  • anime le réseau des « Veilleurs de châteaux forts » et ses actions,
  • propose, depuis 2012, en relation avec « Châteaux forts vivants », des journées de « tourisme citoyen » sur les ruines (découverte et expérimentation de techniques de chantier, fouille, relevés etc…),
  • participe au financement de travaux de restaurations des monuments historique