Jérôme Garnier – Le totalitarisme

PHARE FM
PHARE FM
Jérôme Garnier - Le totalitarisme
/
Temps de lecture : 2 minutes

PHARE FM : L’Assemblée nationale vient de voter la fin de l’urgence sanitaire et cela vous fait réagir

Jérôme : Réjouissons nous la démocratie va revivre bientôt car c’est la fin de l’état d’urgence sanitaire le 30 septembre prochain !! Sérieusement, à l’heure de la loi sécurité globale, de la loi sur les séparatismes, du pass sanitaire, de la vaccination obligatoire recommandée par l’Académie de médecine, posons-nous cette question : vivons-nous encore dans une société libre ?

Pour y répondre, j’aimerais aborder la question du totalitarisme. Je n’ai pas la prétention de juger le monde ou le gouvernement qui est le nôtre, chaque auditeur pourra essayer de se faire sa propre opinion, mais j’aimerais ici simplement apporter quelques éléments de réflexion et de débats grâce à la pensée de Hannah Arendt sur le totalitarisme. En effet, la philosophe juive américano-allemande du siècle dernier reste la référence sur ce thème du totalitarisme.

PHARE FM : Quels sont donc les critères du totalitarisme selon Hannah Arendt ?

Jérôme : Alors il y en a plusieurs en effet, le plus simple est de dire que c’est un système qui tend à la totalité, il cherche la domination totale, sans limites. Et alors que la dictature est limitée dans le temps, ce n’est pas le cas du totalitarisme. C’est la mise en place d’une société de surveillance, un mixte d’idéologie et de peur, de terreur même.
Mais ce qui nous intéresse peut-être davantage, ce sont des éléments plus concrets. Alors écoutez bien : d’abord la mise en place d’un tel système commence la plupart du temps par la dissolution des structures sociales. Les fondements des structures sociales sont volontairement détruits, par exemple les camps de jeunesse ont contribué à saboter l’institution familiale en instillant la peur de la délation à l’intérieur même des foyers, la religion est remplacée par des mythes qui pourraient être le progrès ou le culte du moi, la Terre-mère et la culture devient une cible privilégiée tiens donc ….
Poursuivons avec d’autres critères comme celui de la paranoïa due aux différents systèmes de surveillance et de délations. Les polices et les structures administratives se multiplient et la division du territoire s’accélère.

PHARE FM : Mais existent-ils vraiment des rapports avec aujourd’hui finalement ?

Jérôme : Rappelons d’abord que nous ne sommes pas en Allemagne nazie ni en URSS stalinienne. Pierre Bouretz, philosophe et directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales rappelle qu’aujourd’hui seule la Chine ou feu l’Etat islamque pourraient être qualifiés d’Etats totalitaires.
Mais quand même, quand même ce que nous venons d’entendre ne fait-il pas écho à la situation actuelle ? Culture et religions mises de côté, surveillance accrue et j’en passe, nous en avons déjà parlé… Et quand notre président nous explique dans une interview qui vient de sortir que la France d’aujourd’hui est comparable à la France qui sort du Moyen-âge, mirage du progressisme selon moi, où allons-nous ? Rêvons-nous toujours de liberté si celle-ci se fait par la surveillance, la division de la société entre vaccinés et les autres, par un hygiénisme sans limites, une société sans culture si ce n’est virtuelle, c’est ça dont rêvent les gens ? Ah oui, j’oublie un autre critère du totalitarisme : il promet le paradis…. à bon entendeur !