Pascal Portoukalian – Noël Arménien

PHARE FM
Pascal Portoukalian - Noël Arménien
/

PHARE FM : Aujourd’hui, 6 janvier, c’est le Noël arménien. Pascal Portoukalian, vous êtes le directeur de la marketplace eXcaléo, et l’auteur de l’e-mail quotidien “La Pensée de Pascal”. Mais vous êtes aussi d’origine arménienne. Alors nous nous tournons vers vous pour vous demander : pourquoi donc les Arméniens célèbrent Noël le 6 janvier ?

Pascal : Bonjour à tous,
Oui c’est vrai que c’est un sujet qui interroge souvent. Il faut remonter pour cela au 4ème siècle. Jusque là, toutes les églises chrétiennes (qui étaient moins nombreuses qu’aujourd’hui) fêtaient simultanément la naissance du Christ et la venue des mages le 6 janvier.

Mais la fête païenne du soleil, positionnée le 25 décembre, faisait un peu tâche dans l’Empire Romain fraîchement acquis à la chrétienté. Alors l’Eglise Catholique a décidé subtilement de coller Noël dessus. Une erreur de calendrier avait positionné la fête sur le 25 décembre au lieu du 21, qui était effectivement le jour du solstice, mais bon, l’intention était là. On aurait donc Noël le 25 décembre, et on garderait le 6 janvier pour fêter l’arrivée des mages.

PHARE FM : Il s’est ensuite passé quelque chose en l’an 451, c’est ça ?

Pascal : Décision fut donc prise d’adopter cette date lors d’un événement appelé le Concile de Chalcédoine.

Ce concile était en fait le 4ème grand rassemblement des différents représentants de la foi chrétienne, une sorte de méga Conseil d’Administration du Christianisme, où environ 300 évêques se sont réunis pendant trois semaines dans l’actuelle Istanbul, en Turquie.

Au cours de ces 3 semaines, de nombreuses décisions ont été prises. On les appelle le “Symbole de Chalcédoine”. Ces décisions ont contribué à poser des bases solides qui font aujourd’hui encore référence pour les catholiques, les orthodoxes et les protestants du monde entier. Le fait de positionner Noël le 25 décembre n’était qu’une mesure parmi toutes celles qui ont été adoptées à ce moment-là. Toutes les Eglises chrétiennes ont adopté le “Symbole de Chalcédoine”. Toutes, à l’exception de quelques représentants d’Eglises, très minoritaires, qui ont refusé en bloc toutes les conclusions de ce concile : et parmi elles : l’Eglise Arménienne.

De là, nous en sommes restés à deux dates pour Noël.

PHARE FM : Maintenant, qu’en est-il des gens qui, comme vous, sont évangéliques et arméniens ?

Pascal : Qu’à cela ne tienne : pour des raisons d’accord spirituel avec l’ensemble du protestantisme, les Évangéliques Arméniens adoptent Noël le 25 décembre, puisqu’ils sont en accord avec le Symbole de Chalcédoine.

Et pour des raisons d’héritage historique et d’unité culturelle avec tous les autres Arméniens, les Évangéliques Arméniens, dont je suis, ne se passent pas non plus du 6 janvier.

PHARE FM : On y voit un peu plus clair, merci Pascal Portoukalian ! Et comment dit-on “Joyeux Noël et Bonne Année” en arménien ?

Pascal : Et bien justement, on le dit dans l’autre sens : Շնորհավոր Նոր Տարի և Սուրբ Ծնունդ (Chenohavor nor dari yév Sourp Dzenount), ce qui signifie littéralement “Bonne Année et Saint Noël”.