Timothée Paton – Beatrice Stockly

Grain de sel/poivre ?
Grain de sel/poivre ?
Timothée Paton - Beatrice Stockly
/
Temps de lecture : 2 minutes

Phare FM : Vous souhaitiez aujourd’hui rendre hommage à cet enseignant Samuel Paty décapité il y a quelques jours et à Béatrice Stockly, que l’on connait un peu moins.

Timothée : Je veux en effet, comme tous les français, rendre hommage à ce professeur sauvagement tué. On savait que les extrémistes religieux décapitaient en Syrie, en Irak ou au Burkina Faso mais on ne s’imaginait pas qu’on le verrait en France. Je veux rendre hommage aussi à Béatrice Stockly.

Phare FM : Alors nous n’en n’avons peut-être pas tous entendu parlé…

Timothée : Alors Béatrice Stockly, c’était une missionnaire suisse originaire de Bale (pas très loin de Mulhouse) qui servait au Mali. Elle avait été kidnappée une première fois par des islamistes en 2012. Elle retrouve la liberté mais en 2016 elle est enlevée de nouveau, à Tombouctou.

C’est le Département fédéral des affaires étrangères suisse qui a annoncé que l’otage chrétienne a été assassinée par ses ravisseurs. Le chef de ce département s’est exprimé l’autre jour sur Twitter. Il dit « C’est avec une grande tristesse que j’ai appris la mort de notre concitoyenne. Je condamne cet acte cruel et mes pensées se tournent vers les proches de la victime. »

Phare FM : Comment a-t-on appris pour sûr la mort de Béatrice Stockly ?

Timothée : C’est l’otage française, Sophie Pétronin, vous savez qui a été libérée la semaine dernière, qui a confirmé le décès de la missionnaire suisse.

Les autorités suisses ont travaillé en collaboration avec les autorités maliennes et d’autres partenaires, ces quatre dernières années pour que Béatrice Stockly soit libérée et puisse retrouver sa famille.  A l’heure où je vous parle le gouvernement suisse met tout en œuvre pour en savoir plus sur les circonstances du meurtre et sur le lieu où se trouve la dépouille.

Phare FM : C’est donc pendant 4 ans que Béatrice Stockly a été retenue en otage ? 

Timothée : Oui 4 ans. 4 longues années à se demander quand ce calvaire finira. 4 ans à vivre nuit et jour dans une angoisse constante. 4 ans à penser à sa famille au loin. Une famille qu’elle ne reverra pas. Je salue le courage de cette femme qui a quitté le confort de la Suisse pour servir dans un des pays les plus pauvres de la planète.

Cette missionnaire a passé de nombreuses années (comme le fit Sœur Emmanuelle ou Mère Térésa) à partager parmi les oubliés de la planète, l’Amour de Christ.  J’espère que la Suisse rendra un hommage national à Béatrice, cette femme de foi, comme la France cette semaine rend un hommage national au professeur Samuel Paty.

Que l’engagement et le courage de Béatrice puisse inspirer un grand nombre de jeunes et de moins jeunes à se lever pour servir en mission. 

Phare FM : Et ils sont encore si nombreux ces chrétiens à travers le monde enfermés pour le foi…

Timothée : Ah oui, ils sont nombreux ! De l’Iran à la Chine, de l’Erythrée au Viet Nam…50 000 rien qu’en Corée du Nord ! Et leur crime ? de croire, comme vous et moi, en Jésus Christ.