Timothée Paton – Quand le virus change notre modèle d’église

Timothée Paton – Quand le virus change notre modèle d’église
Grain de sel/poivre ?

 
Play/Pause Episode
00:00 / 3:21
Rewind 30 Seconds
1X

PHARE FM : Vous voulez aborder aujourd’hui le coronavirus. Vous pensez pas que les médias en parlent déjà assez ?

Timothée : Oui c’est vrai, on en parle beaucoup. Mais peut-être pas beaucoup d’un point de vue chrétien. Et si le corona nous forçait à changer notre façon de « faire l’Eglise » ?

PHARE FM : C’est-à-dire ?

Timothée : Il semble que depuis toujours, les chrétiens n’ont qu’un seul modèle d’église. Ils se rassemblent (en général le dimanche) dans un bâtiment. Plus le bâtiment est grand, mieux c’est. Avec à la tête un pasteur ou un prêtre. L’arrivée de la Covid nous a obligé de fermer les églises ou de restreindre le nombre de ceux qui peuvent assister à l’office.

PHARE FM : Alors, vous proposez quoi comme modèle ?

Timothée : Je propose de revenir au tout premier modèle que l’on retrouve dans le Nouveau Testament. Les premiers chrétiens (ou l’Eglise primitive) ne se retrouvaient pas dans un bâtiment, pas un édifice religieux mais dans les maisons. Et c’est ce que le fameux virus a poussé beaucoup de chrétiens à faire. De plus en plus de croyants en France découvrent ou redécouvrent les avantages de se retrouver à quelques-uns dans une maison.

PHARE FM : Et quels sont les avantages ?

Timothée : Déjà quand vous n’avez pas de bâtiment vous économisez (quand vous voyez le montant pour construire une église ou les frais d’entretien ; alors que le bâtiment parfois ne sert que 2 ou 3 heures par semaine !).
Dans une maison :
Vous sentez que vous faites partie d’une famille. C’est plus facile de prier en petit groupe que dans une grande assemblée. Quand le responsable partage un passage de la Bible, on peut plus facilement lui poser des questions. Vous pouvez inviter vos voisins.
Je connais une famille dans le Nord de la France, membre d’une grande église. Puis le Corona est arrivé. Ils ont alors suivi le culte en ligne. Les parents suivaient un culte sur leur ordinateur, les enfants avaient choisi un autre culte. Après quelques semaines le père s’est tourné vers le reste de la famille est leur demandé s’il serait pas mieux de fermer les ordinateurs et de se retrouver dans le salon autour de la Bible. Ils ont chanté, prier les uns pour les autres.

PHARE FM : Tous les responsables d’église ne sont très partants avec cette idée ?

Timothée : Je ne dis pas qu’il faut supprimer les bâtiments. Je dis que ce n’est pas la seule façon de se rassembler.
Vous avez peut-être entendu parlé de John Mac Arthur, pasteur d’une méga Church en Californie. Il fait beaucoup parler de lui en ce moment. Il brave les interdictions et ne veut surtout pas fermer son église. J’ai envie de lui dire :  » Vous savez vous pouvez toujours continuer de vous rassembler, en grand nombre. Mais pas nécessairement dans un grand bâtiment. N’ayez pas peur des églises de maison ! Parce que c’est comme ça qu’on faisait il y a 2000 ans. »