Grain de Sel ou Grain de Poivre ? du 22 juin 2020 – Philippe Malidor – Au déboulot

Grain de Sel ou Grain de Poivre ? du 22 juin 2020 – Philippe Malidor – Au déboulot
Grain de sel/poivre ?

 
 
00:00 / 3:19
 
1X
 

Philippe : Faut-il déboulonner les statues d’esclavagistes ? Faut-il écrire notre Histoire autrement ? Voici une petite contribution au débat.

PHARE FM : Philippe, que pensez-vous de cette mode du démontage des statues de personnages contestables, en particulier des esclavagistes ?

Philippe : Figurez-vous que j’ai retrouvé il y a quelques jours un vieux papier de brouillon : c’était une blague photocopiée (on était avant Whatsapp !) d’un Comité pour la statue de François Mitterrand qui appelait à ériger une statue à notre Président d’alors (sur un mode ironique, évidemment). Il y a quelques années, j’avais suggéré qu’on débaptisât la place d’Italie, la gare d’Austerlitz, la rue d’Ulm, le pont d’Iéna, l’avenue de Wagram, autant de traces de la gloire napoléonienne qui ne me semblent pas être à l’honneur de la France.

PHARE FM : Et vous avez été entendu ?

Philippe : Pas tellement. Mais je me suis vengé en achetant la monnaie de 2,50 € qu’avaient frappée les Belges pour commémorer la défaite de Waterloo qui, pour moi, est un grand événement. Chaque pays a donc sa vision de l’histoire. 

PHARE FM : Mais comment faire quand elle est contestable, voire condamnable ?

Philippe : Je note que plusieurs associations anti-racistes n’appellent pas à retirer des rues les noms des esclavagistes mais à ajouter un mot d’explication. Ça me paraît plus intelligent. Sans oublier que ce sont les dictatures qui font disparaître les noms et les personnes, comme Staline sut si bien le faire. Des gens pourraient contester les rues Robespierre (coupeur de têtes), Michel Servet (hérétique), Calvin (qui instruisit le procès dudit hérétique), Charles Martel (qui n’aimait pas les arabo-musulmans), Jean Cocteau (qui s’accommoda fort bien de l’occupation allemande), Macdonald (nom de plusieurs hommes politiques dont le nom évoque la malbouffe). À ce propos, savez-vous que les Américains avaient demandé qu’on change le nom de la rue-Gay-Lussac à Paris, parce qu’il y a un McDo à l’angle de cette rue de Paris et que « gay », dans l’adresse, ça faisait mauvais effet ? Authentique ! Demande heureusement refusée ! Bref, on pourrait s’amuser longtemps comme ça.

PHARE FM : Vous êtes un lecteur de la Bible. Est-ce que, pour le sujet qui nous occupe, il y aurait quelque enseignement à en tirer ?

Philippe : Oui ; car ce qui me frappe depuis longtemps dans la Bible, c’est qu’on n’y cache pas les mauvais dirigeants, ni leurs turpitudes, ni leurs crimes, à commencer par les écarts de conduite de David puis de son fils Salomon. Mais il y a une observation encore plus stupéfiante. Après Salomon, il y eut en Israël une scission entre le Royaume du Nord et le Royaume du Sud. Au Nord, tous les rois sont mauvais, et on connaît leurs noms ! Au Sud, il n’y en a que 6 de « bons » contre 14 de mauvais, dont une femme. Donc, au lieu de réécrire l’histoire et de cacher le mal, on l’a exposé, pour le dénoncer. C’est une des choses qui me font dire que ceux qui, pour des raisons religieuses, ne veulent pas qu’on critique Israël aujourd’hui ont une curieuse lecture de la Bible ! En fait, il faut que nous fassions surtout un effort de lucidité. Et je ne suis pas sûr que mes compatriotes, pourtant si susceptibles, aient raison de trop souvent admirer Louis XIV et Monsieur Bonaparte sous prétexte que ce furent des grands hommes…