Grain de sel ou grain de poivre du 16 juin 2020 – Timothée Paton – Dieu pourvoit

Grain de sel ou grain de poivre du 16 juin 2020 – Timothée Paton – Dieu pourvoit
Grain de sel/poivre ?

 
 
00:00 / 3:48
 
1X
 

DIEU POURVOIT

PHARE FM : Bonjour Timothée

CHRONIQUEUR : Bonjour Lisa, Bonjour Nathanaël !

PHARE FM : Il y a 22 ans vous êtes parti en mission au Cambodge. Sans salaire. C’est pas un peu risqué ?

CHRONIQUEUR :  Non, c’était pas risqué quand c’est Dieu qui nous appelle. Pour un grand nombre de ceux qui songent justement à partir en mission, les questions qui reviennent sont du genre : « Comment je vais faire pour subvenir à mes besoins ? Est-ce que, financièrement, je vais pouvoir tenir ? » …

C’est aussi souvent curieusement la première question que pose le directeur d’une mission à un candidat missionnaire.

Il y a énormément de missionnaires potentiels qui ne sont toujours pas partis parce qu’ils sont restés bloqués sur ce problème-là. Et si cette question des finances est certes importante, je ne crois pas que ce soit la plus importante.

PHARE FM : La Bible regorge d’exemples où Dieu pourvoit aux besoins de ses enfants…

CHRONIQUEUR :  Oui la Bible est remplie d’exemples.

Vous savez, je suis toujours étonné de voir comment on accepte, par exemple, que Dieu ait pourvu tous les jours, pendant des années, à la nourriture de son peuple hébreu dans le désert.

Je suis étonné que l’on croit aussi que Dieu ait pourvu financièrement aux hommes et aux femmes des siècles passés. À George Muller par exemple, qui a expérimenté la provision divine pour les milliers d’enfants de ses orphelinats à Bristol en Angleterre.

C’est un peu comme si le Dieu de l’Ancien Testament ou du XVIII ou du XIXe siècle n’était pas vraiment le Dieu d’aujourd’hui et qu’il n’était pas capable de pourvoir de la même manière à nos besoins. Comme si on avait de nos jours une version faible, fragile du vrai Dieu. Quelle folie de penser comme ça ! Le Dieu d’Israël et le Dieu du Pasteur Muller est aussi votre Dieu !

PHARE FM : La mission avec laquelle vous êtes parti au Cambodge est connue justement pour être une mission ‘ qui vit par la foi’.

CHRONIQUEUR :  D’ailleurs cette mission, la WEC a son bureau français pas loin de chez vous, à Mulhouse.

Mon frère et moi, on a eu l’immense privilège de grandir au sein de la WEC, une agence missionnaire qui a pour but de faire connaître l’Évangile aux peuples non-atteints. Ma mère en 1964, puis mon père en 65 sont arrivés en France avec la WEC après avoir pris l’engagement de ne faire connaître leurs besoins financiers qu’à Dieu, comme tous les autres missionnaires à travers le monde d’ailleurs qui ont choisi de servir au sein de mission.

Depuis près de 55 ans de mission en France, mes parents n’ont jamais manqué de rien.

PHARE FM : C’est dans cette même démarche de foi alors que vous êtes parti pour l’Asie ?

CHRONIQUEUR : Oui, en 1999, j’ai rejoint à mon tour la WEC et je me suis engagé, sans salaire. Je pense que ce pas de foi a été facilité par l’expérience de foi positive que j’ai vu chez mes parents. Avec eux, j’avais la preuve que Dieu pourvoirait aussi pour moi.

Et c’est exactement ce qui s’est passé ! Dieu a pourvu à tous mes besoins et aux besoins des différentes actions mises en place au fil des années.

On me demande parfois vous savez : « Timothée, tu fais comment, alors, pour vivre ? L’argent ça pousse quand même pas sur les arbres ! » Je ne sais jamais comment répondre à cette question, peut-être parce que je ne me la suis jamais vraiment posée. Ce que je sais, c’est que Dieu pourvoit. Combien de fois on a reçu des dons de chrétiens inconnus. Ils avaient appris ce que l’on faisait au Cambodge et avaient décidé de nous soutenir.

PHARE FM : Un dernier mot ?

CHRONIQUEUR :  Si nous sommes là où Dieu nous veut, il pourvoira certainement à nos besoins. Si nos projets sont nés dans le cœur de Dieu, alors ces projets seront pourvus par Dieu. Phare FM est sans aucun doute un projet né dans le cœur de Dieu c’est pourquoi Il pourvoira.