L’invité de PHARE FM du 20 janvier 2020 – Dr Daniel Brobeck – Blue Monday

L’invité de PHARE FM du 20 janvier 2020 – Dr Daniel Brobeck – Blue Monday
L’invité de PHARE FM

 
 
00:00 / 3:28
 
1X
 

Daniel Brobeck, médecin addictologue venu nous parler du blue monday, traduit par « blues du lundi » qui serait la journée la plus déprimante de l’année.

Daniel : Dans ma pratique de tous les jours je n’ai pas remarqué un impact du 15 au 20 janvier de ce fameux « lundi dépressif ». Cependant il est vrai que dans la période où les jours sont les plus courts et donc où les gens restent beaucoup à l’intérieur de leurs maisons, c’est la que souvent se passent des choses au niveau de l’humeur des humains, qui sont forcément liés au cycle de la nature. Il s’agit vraiment d’une période difficile pour le moral de bon nombre de gens.

Est-ce que c’est un phénomène de société ou bien est-ce qu’elle a toujours existé cette « déprime du mois de janvier » ?

Daniel : Difficile de répondre à cette question n’ayant pas énormément de statistiques qui remontent à plus de 100 ans sur la dépression des agriculteurs qui vivaient en France à ce moment là. Ce qui me parait clair c’est qu’effectivement même l’activité professionnelle dans les champs à cette période là diminuait, les gens restaient beaucoup plus souvent à l’intérieur de leurs maisons. Par contre, dans le passé les gens avaient toujours une activité physique, ils étaient obligés de sortir et de prendre la lumière du jour. Or aujourd’hui, grâce à nos esclaves mécaniques, la société post-moderne réussie à faire des gens qui peuvent rester à l’intérieur que ce soit de leurs maisons, de leurs bureaux, de leurs trams etc. avec la lumière des néons toute la journée, ils rentrent à nouveau chez eux, ils ont fait zéro sport et n’ont même pas vu la lumière du jour.

On sait pourtant que notre cerveau est fait à la fois pour recevoir une certaine dose de travail physique tous les jours et aussi pour avoir vu un certain nombre d’heure de jour tous les jours. Cela impact notre état moral !

Comment se sortir de cet état déprimant du mois de janvier ?

Daniel : Il n’y a pas de secret, il faut bouger et voir le jour. Je suis d’accord pour dire qu’en janvier et février il fait souvent gris et brumeux mais même de voir un jour comme celui-la va réveiller notre glande pinéale, elle enregistre le nombre d’heures de soleil que nous voyons et en même temps de faire de la marche.
Si je devrais donner un conseil aux auditeurs : sortez tous les jours même quand vous n’en avez pas envie, voyez le soleil même s’il est caché par les nuages et bougez.

Est-ce que dans ce « traitement » de dépression le sport est une solution ?

Absolument parce que de plus en plus, des études assez sérieuses qui s’accumulent sur ce sujet, nous montre que l’activité physique trois fois par semaine pendant au moins vingt minutes, est aussi efficace que les antidépresseurs, une pierre dans le jardin des vendeurs de médicaments. C’est une réelle découverte : faire du sport régulièrement et sortir un peu de chez soi, est au moins aussi efficace que pas mal de médicaments qu’on vend très cher à la pharmacie.