L’invité de PHARE FM du 11 juin 2019 – Clémence Martin – Les assassinats de chrétiens au Burkina Faso

L’invité de PHARE FM du 11 juin 2019 – Clémence Martin – Les assassinats de chrétiens au Burkina Faso
L’invité de PHARE FM

 
 
00:00 / 3:36
 
1X
 

PHARE FM : L’invité de PHARE FM aujourd’hui est Clémence Martin. Vous êtes responsable média dans l’ONG qui s’occupe des chrétiens persécutés: «Portes Ouvertes France». On réagit avec vous sur ce qui se passe en ce moment au Burkina Faso. Au mois de mai, 4 catholiques sont assassinés lors d’une procession. Toujours au moi de mai, 6 personnes sont tuées lors d’une attaque contre une église catholique. Et fin mai, 4 personnes ont été tuées et 2 gravement blessées dans l’attaque d’une église catholique à nouveau, etc… Il y a également des prêtres qui ont été assassinés, des enlèvements… S’agit-il d’une extermination de chrétiens ou d’un génocide ?
Invité : Alors le mot «génocide» est peut-être un peu fort. C’est vrai qu’on pourrait parler d’un «presque» génocide au Nigéria. Et c’est la quatrième année que le Nigéria est à la tête des pays où les chrétiens sont les plus nombreux à être tués ! On parle de 3731 chrétiens tués entre le 1er novembre 2017 et le 31 octobre 2018 !! Mais en ce qui concerne le Burkina Faso, on peut être inquiet par rapport à cette escalade de violence dans le nord du pays. C’est vrai que depuis 2015, il y avait déjà des attaques meurtrières… Mais ce qui est en train de se passer depuis ces derniers mois, c’est tout de même assez inquiétant !
PHARE FM : Comment est-ce qu’on peut expliquer cette situation selon vous ?
Invité : C’est triste à dire et c’est simple: ces attaques meurtrières sont des groupes djihadistes qui, manifestement, s’en prennent à ces églises. Ce sont des attaques qui se concentrent dans le nord du pays. Mais la capitale Ouagadougou et d’autres régions dans l’Est ont aussi été visées. D’ailleurs d’après la FP, ces attaques ont provoqué la mort d’au moins 350 personnes. Les victimes sont principalement des responsables d’églises, des enseignants. Parfois même, ceux qui peuvent être tués, sont des imams qui ne sont pas considérés comme assez radicaux. Pour vous donner une idée de la situation au Burkina Faso en ce moment : la BBC Afrique parle de 100.000 personnes qui ont été forcées à fuir leur foyer à cause de la menace djihadiste !
PHARE FM : Et pourtant ce pays est connu historiquement comme étant tolérant religieusement parlant ?!
Invité : C’est vrai que c’est un pays qui a une longue histoire de tolérance religieuse. Alors effectivement, la montée de l’extrémisme islamique inquiète. Et dans un communiqué du 30 avril, le président de la fédération des églises et missions évangéliques du Burkina Faso a fait une déclaration. Il disait qu’il était important de ne pas tomber dans cet espèce de haine, que ce n’est pas simplement l’église qui a été attaquée. Il y a toutes les valeurs de tolérance, de pardon et d’amour qui ont toujours guidé le pays, qui ont également été blessées. Il invitait les personnes à ne pas tomber dans le piège des agresseurs, mais de demander à Dieu de l’amour face à la haine, afin que l’unité du corps du Christ et de toute la nation soit préservée.
PHARE FM : Alors on parle de chiffres, mais il y a aussi derrière cela des hommes et des femmes, et certains ont des témoignages édifiants !
Invité : Effectivement, il s’agit d’hommes et de femmes qui sont terriblement attaqués, menacés et mis sous pression. Et donc voilà ce qu’il s’est passé ce 28 avril : les agresseurs sont arrivés, ils ont ordonné aux chrétiens de se rassembler sous un arbre. Puis ils ont pris leurs bibles, leurs téléphones portables, et les ont appelés l’un après l’autre derrière le bâtiment de l’église. À cet endroit, ils les ont tués par balle. Ces agresseurs sont des jeunes gens radicalisés, c’est comme ça qu’on les voit. Ils sont revenus dans le village le lendemain, toujours à la recherche de chrétiens. Donc la menace est terrible ! On peut penser aux burkinabés qui, en ce moment, font face à une escalade de violence absolument terrible ! Et c’est tout nouveau.
PHARE FM : Merci beaucoup Clémence Martin pour tous ces éclaircissements ! Et on oubliera pas de prier pour le Burkina Faso et tous ces chrétiens.