Grain de Poivre du 28 septembre – Hervé Anneville – « Si l’école faisait son travail, j’aurais un travail « 

Grain de Poivre du 28 septembre – Hervé Anneville – « Si l’école faisait son travail, j’aurais un travail « 
Grain de sel/poivre ?

 
 
00:00 / 3:18
 
1X
 

Est-ce que tout est faux dans ce slogan choc, posté il y a quelques jours par le MEDEF sur le réseau social Twitter ? C’est la question que s’est posé notre chroniqueur…

 

 

Phare FM : « Si l’école faisait son travail, j’aurais un travail » ! C’est la bannière assassine qu’a posté le MEDEF, organisation patronale française, sur Tweeter il y a plusieurs jours… D’intenses réactions l’ont suivi, Hervé…!

Chroniqueur : Oui, comme vous pouvez facilement l’imaginer, ça a fait grincer des dents les enseignants et le ministre de l’Education Nationale française. Le tweet a très vite été enlevé et des excuses ont été exprimées de la part de Pierre Gattaz, le président du MEDEF. Pourtant, tout n’est pas à jeter dans ce slogan.

Phare FM : Ah bon ! Que vous souhaiteriez-vous en retenir ?

Chroniqueur : Et bien je me demande si l’école fait bien son travail ! Des études dévoilent que l’école française reste l’une des plus inégalitaires du monde. Et nous pouvons tous constater que les réformes successives et les alternances politiques n’ont pas réussi à réduire l’échec scolaire qui, selon ces même études, a augmenté au cours des dix dernières années ! L’éducation nationale est, je le rappelle, le premier budget de la France, mais force est de constater que les faits sont là : le niveau scolaire français a connu une vraie baisse depuis quelques générations, lecture hésitante, orthographe malmenée, calcul approximatif.

Phare FM : il est où le problème selon vous ?

Chroniqueur :  si les SMS, et l’omniprésence des écrans dans la vie de nos enfants a certainement un rôle à jouer, le vrai responsable est certainement l’Education Nationale. La formation et le concours qui sélectionne les enseignants accordent une importance démesurée aux connaissances théoriques de leur discipline par rapport aux pratiques pédagogiques. Les enfants sont enseignés selon le modèle du cours magistral et du rapport passif maître-élève, au détriment de pédagogies différenciées, plus adaptées aux difficultés et aux talents individuels des élèves. Tout ceci a pour conséquence l’essor des écoles privées hors contrat

Phare FM : et c’est quoi, une école hors contrat ?

Chroniqueur : Ce sont des écoles totalement indépendantes de l’Éducation nationale, à ne pas confondre avec les écoles privées sous contrat, soumis aux mêmes programmes et à la même pédagogie que les écoles publiques.Les parents sont, chaque année, plus nombreux à y inscrire leurs enfants. Pas une grande ville, ni un département, qui n’en ait au moins une. Il y en a pour tous les âges, de la maternelle à l’enseignement supérieur.

Phare FM : Et qu’est-ce que ces établissement apportent de plus ?

Chroniqueur : Ce sont des écoles qui ont une totale liberté pédagogique et des effectifs d’élèves réduits. Ils proposent d’autres façons d’apprendre, sont plus ouvertes sur le monde, plus respectueuses du rythme de l’enfant, plus valorisantes, et  s’adaptent aux différentes façons d’apprendre. Alors oui, je crois qu’il est légitime de se demander si le dinosaure « éducation nationale » ne devrait pas remettre en question son travail, sa pédagogie, l’utilisation de ses ressources et le recrutement du personnel. J’ai envie de faire une appréciation ce matin : “travail trop juste doit se ressaisir afin de revenir à son meilleur niveau”.