Grain de Poivre du 30 août – Eric Denimal – Prendre des photos c’est bien, savoir regarder c’est mieux !

Grain de Poivre du 30 août – Eric Denimal – Prendre des photos c’est bien, savoir regarder c’est mieux !
Grain de sel/poivre ?

 
 
00:00 / 3:48
 
1X
 

Eric Denimal, notre chroniqueur, nous fait un petit « flashback de l’été » et revient sur une mésaventure qui nous est tous arrivée… Pour en sortir une bonne leçon. A réécouter ici !

 

 

Phare FM : Bonjour Daniel ! De quelle mésaventure voulez-vous nous parler pour commencer ?

Chroniqueur : Il y a quelques jours, j’ai revu un ami. Il venait de rentrer de vacances, mais il avait une triste mine au point que je lui ai demandé ce qui n’allait pas. Il m’a raconté sa mésaventure. Tout l’été, il a eu la chance de visiter plusieurs régions, de voir des gens de sa famille et des copains lors de plusieurs événements comme un mariage et une cousinade. Il m’explique que, tout au long de ces semaines, il a pris plusieurs centaines de photos numériques.  En rentrant chez lui, il a transféré ces photos sur son ordinateur. Puis, pour libérer la carte mémoire de son appareil photo, il a effacé ses clichés…

Phare FM : Je crains la suite…

Chroniqueur : Eh oui ! Quand il a voulu regarder ses photos sur l’écran de son ordinateur, il n’a trouvé qu’un fichier vide. Pendant plus de deux jours, il a essayé par tous les moyens de comprendre ce qui s’était passé et surtout espéré retrouver ses photos. En vain. Tout avait disparu. Quelque part, quelque chose avait été mal fait ou une des deux machines avait eu un « bug » : quoi qu’il en soit, mon ami était désespéré au point de dire que toutes les joies de ses vacances s’étaient effacées en même temps que ses clichés.

Phare FM : C’est vrai que c’est rageant et qu’on a tendance à s’en vouloir !

Chroniqueur : Il y a une expression de mon ami que j’ai trouvée vraiment triste. Il m’a dit : « Je me suis tellement appliqué à prendre des photos en me réjouissant par avance de les regarder, que je n’ai pas été complètement impliqué dans les moments que j’ai photographié. Je vais avoir du mal à me souvenir de tout ce que j’ai vécu cet été. » Oui, c’est vraiment triste et c’est dommage ! J’ai remarqué que plusieurs de mes souvenirs d’enfance sont fixés dans ma mémoire souvent parce qu’il y a une photo, dans un album de famille, qui a immortalisé le moment. Avec les facilités du numérique aujourd’hui, on photographie à tout-va au point où on a presque oublié de s’arrêter pour voir de ses yeux et imprimer dans sa tête. On regarde la photo et on dit : tiens, j’avais pas vu ça !

Phare FM : De plus, on fait une telle masse de photos qu’on n’a plus le temps de les regarder.

Chroniqueur : Du coup, on a tout perdu ! Ah, le numérique peut nous jouer des tours : plus rien à voir, ou trop à voir ! Mais à propos de mémoire, j’ai observé une autre chose. Depuis que j’ai un GPS intégré dans ma voiture, je ne fais plus d’effort pour chercher un itinéraire sur une carte, ni d’effort pour mémoriser un trajet. Au point où, quinze jours après avoir effectué un trajet, et devant le refaire, je dois réutiliser le GPS.

Phare FM : On dirait que vous faites de ces deux anecdotes une parabole… dont vous allez nous proposer la chute !

Chroniqueur : En effet : c’est très précieux d’avoir aujourd’hui des machines qui enregistrent pour nous des photos, des numéros de téléphones, des itinéraires, des documents… mais non seulement ces mémoires peuvent connaître de graves défaillances, mais progressivement, elles atrophient notre mémoire personnelle et cérébrale parce que nous l’utilisons de moins en moins et parfois plus du tout.  Or, perdre la mémoire est une maladie très grave qui fait perdre à la personne sa personnalité justement ! Essayons de ne pas oublier cette leçon là ! Cultivons notre mémoire et imprimons en nous nos souvenirs.