Grain de Poivre du 27 mars – Pascal Portoukalian – Qu’attendre de nos politiques

Grain de Poivre du 27 mars – Pascal Portoukalian – Qu’attendre de nos politiques
Grain de sel/poivre ?

 
 
00:00 / 3:57
 
1X
 

Faut-il attendre de nos hommes politiques qu’ils soient irréprochables ? Que voulons-nous précisément de nos hommes politiques ? Selon Pascal Portoukalian, notre chroniqueur, savoir bien répondre à cette question peut véritablement changer la nature de notre vote…

 

Phare FM : A l’approche des élections présidentielles du côté de la France, vous faites un constat peu reluisant… Quel est-il ?

Chroniqueur : Je ne vous apprends rien en vous disant que le débat politique en France est pollué par un nuage de fumée qui empêche de voir correctement les sujets qui doivent être abordés. Au-delà du fait que la manœuvre cache maladroitement un désir de décrédibiliser ses adversaires politiques et d’occulter les sujets qui importent vraiment, ce triste spectacle nous invite à nous poser une question : qu’attendons-nous du politique exactement ?

Phare FM : Eh bien justement, puisque les électeurs vont donner leur voix à un candidat, vont leur donner la mission de les représenter, est-ce qu’on ne devrait pas attendre d’eux qu’ils soient parfaitement exemplaires ?

Chroniqueur : Il est évident que ces gens-là seront décevants. Et même s’ils devaient être exemplaires dans leur moralité affichée, on sera déçu ensuite par certaines de leurs actions publiques. Ceux qui sont d’une probité exemplaire ne sont généralement pas les plus exposés, les plus connus.

Si vraiment vous vouliez regarder dans ma vie personnelle, il est certain que vous auriez des raisons d’être déçu. A mon échelle, vous trouverez nombre d’actions, de paroles ou de pensées pour lesquels je ne suis pas exemplaire. Ou certaines pour lesquels j’ai été exemplaire, mais qui ne vous satisfont pas. Pour dire vrai, nous traînons tous nos casseroles et baignons tous dans une boue nauséabonde, du simple fait que nous sommes humains.

Phare FM : Pourquoi nos représentants nous déçoivent-ils autant ?

Chroniqueur : Peut-être simplement parce qu’on cherche à faire incarner en un seul homme ou une seule femme tout ce que l’humanité a de meilleur. Et cela, notre humanité justement ne le permet pas. La Bible dit qu’il n’existe pas de juste, pas même un seul. On se cherche quoi au juste ? Un sauveur ? Mais vous rêvez ! N’est pas Jésus qui veut !

Phare FM : Alors quelle qualité majeure faudrait-il considérer avant de voter ?

Chroniqueur : Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, je dirais qu’il faut avoir du discernement. Mais le discernement ne se construit pas dans l’amertume. Il ne se construit pas dans la colère et dans la frustration. Le discernement se construit dans des attitudes paisibles : l’analyse, la réflexion, la prière, l’échange et aussi l’intuition. On le sait bien, la colère et la peur sont les pires des conseillères. La plupart des décisions prises sous le coup de la colère ou de la peur sont mauvaises. Le sentiment d’urgence lié à une colère ou à une peur, nous fait prendre des décisions d’urgence, de court terme. Or, nos élus sont choisis pour des durées longues, pas pour 3 jours ! Et tout ce que provoque cette campagne, c’est de la colère et de la peur. On voudrait nous faire prendre des décisions à la va-vite, qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Phare FM : Comment faire pour voter sereinement Pascal ?

Chroniqueur : Alors on respire un grand coup. On s’assoit à la table de la salle à manger. On prend un verre d’eau. On ouvre les programmes des candidats. Et on cherche à savoir si le candidat est crédible, c’est-à-dire s’il a déjà dans le passé prouvé une cohérence entre ce qu’il annonce et ce qu’il réalise. Et l’alchimie de tout ça nous donne un nom à glisser dans l’urne.

Phare FM : Et cette méthode nous garantit un bon choix selon vous ?

Chroniqueur : Soyons bien clairs, ceux qui votent ne cherchent pas à élire Jésus, le sauveur, l’homme parfait, Dieu sur terre, qui se donne entièrement au service de la communauté humaine. Mais ils élisent un être imparfait, dont on sait à l’avance qu’il nous frustrera et nous décevra à bien des égards. Mais on n’en attend pas plus. On n’a pas à attendre des êtres humains qui nous gouvernent plus qu’ils peuvent nous donner. Notre humanité imparfaite ne peut composer autrement qu’avec des gouvernants imparfaits.