Grain de Poivre du 08 mars – Frank Lafferrière – Réveillez-vous ! (contre la déculturation)

Grain de Poivre du 08 mars – Frank Lafferrière – Réveillez-vous ! (contre la déculturation)
Grain de sel/poivre ?

 
 
00:00 / 3:07
 
1X
 

« La culture, c’est comme la confiture… » La culture, pour Frank Lafferrière, sauve de la barbarie. A nous de bien la choisir… Explications.

Phare FM : Nous parlons déculturation de la population avec vous ce matin Frank…

Chroniqueur : Oui, et je voudrais commencer par une parabole : celle des vierges folles et des vierges sages, que l’on trouve dans la Bible. Conviées à des noces, les unes, bien avisées avaient  pris  des  réserves d’huile  pour  alimenter  leurs  lampes  au  cas  où  elles  devraient attendre de nuit, alors que les autres, moins prévoyantes, ne l’avaient pas fait. Parmi les multiples enseignements  de cette parabole, retenons le suivant : toujours veiller à avoir un bon éclairage sur les temps et les événements.

Phare FM : Vous nous invitez donc à nous cultiver, à nous informer… A quoi sert la culture, et ce que c’est grave de ne pas en avoir, Frank ?

Chroniqueur : Édouard Herriot, écrivain et homme politique français a dit : « La culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié. ».  Au delà de ce paradoxe, il faut voir  la culture comme rempart protecteur, indépendamment du niveau d’instruction. André Malraux voyait en la culture une arme pour le combat intellectuel contre la barbarie. Or, si le message qui véhicule  le culturel est dénaturé, via une traduction approximative par  exemple,  celle-ci  devient  de  la  « junk  culture », comprenez de la “culture poubelle” un  peu  comme la  « junk  food »  ou malbouffe. Baldur von Schirach, chef des jeunesses hitlériennes de 1933 à 1940, disait à qui voulait l’entendre (et à qui ne   voulait pas également …) : « Quand j’entends le mot culture, je sors mon revolver! ». La  « malculture »  ou  la  « non  culture »  d’un  peuple  laisse  la  porte  ouverte  à  ses dictateurs, les exemples fourmillent dans l’Histoire.

Phare FM : Mais aujourd’hui, on connaît ces processus, ça ne peut plus se reproduire Frank…

Chroniqueur : A vous de juger… Je fais partie d’une génération qui doit à feu l’ORTF une part non négligeable de sa culture. Musiciens, peintres, auteurs de théâtre (classique ou de boulevard), la vie sauvage, le cinéma et bien d’autres choses étaient au programme. Quelle  est  aujourd’hui la part  culturelle  des  programme  télé ? Majoritairement,  c’est plutôt “du pain et des jeux” ! Et puis, il y a les livres. Ils sont toujours là, et plus faciles à acquérir que jamais d’ailleurs

Phare FM : On peut aussi se cultiver avec internet aujourd’hui.

Chroniqueur : Oui, certes, mais combien d’heures de visionnage pour faire le tri de tout ce qui s’y dit ? Se cultiver,  c’est  aussi faire  le tri des informations  et non tout  prendre  pour  argent comptant. Et il y a un problème supplémentaire de taille, le fait que certains médias, dans le déferlement d’informations tentent de formater les esprits avec un nouveau produit, le prêt-à- penser fourni avec l’information. La culture procède des traitements individuels des informations et connaissances dans les domaines suivants : les arts, l’histoire et l’actualité. Alors, reprenons-nous en main ne nous laissons plus anesthésier et  réveillons-nous !