Grain de Poivre du 07 mars – Daniel Rivaud – L’éducation sexuelle des enfants

Grain de Poivre du 07 mars – Daniel Rivaud – L’éducation sexuelle des enfants
Grain de sel/poivre ?

 
 
00:00 / 3:59
 
1X
 

À partir de quel âge et de quelle manière parler de sexualité aux enfants ? Daniel Rivaud réagit à la mise en ligne par l’Éducation Nationale française d’un site internet d’éducation sexuelle à destination des collégiens à partir de 12 ans, et dénonce les outils pédagogiques utilisés. Explications.

 

Phare FM : En soi, un site qui propose aux jeunes adolescents de parler de sexualité peut apparaître comme une bonne chose, quand on sait justement tout ce qui circule sur Internet ?

Chroniqueur : Tout à fait d’accord s’il s’agissait de prévention, ce qu’on serait en droit d’attendre de la part d’un site gouvernemental. Mais avec ce site qui définit la sexualité comme le fait, je cite, « d’utiliser son corps pour prendre du plaisir, seul(e) ou avec d’autres personnes » (on appréciera l’ouverture du pluriel), on est carrément dans l’incitation. On y trouve toutes les précisions sur toutes les formes de sexualité, je dis bien toutes. En résumé, tout est permis du moment qu’on se protège.

 

Phare FM : La volonté de promouvoir l’éducation sexuelle des enfants n’est pas nouvelle Daniel…

Chroniqueur : En effet, elle date principalement des débuts des années 70. On peut dire que c’est une suite directe de mai 68. Depuis, on a assisté à des pressions de plus en plus fortes, notamment dans les écoles (mais pas seulement) où, souvent sous le prétexte de la lutte contre le sida, toutes sortes d’outils « pédagogiques » ont été proposées.

Par exemple « Le manège enchanté », plateau de forme arrondie présentant cinq pénis de tailles, de couleurs et de formes différentes permettant aux enfants d’apprendre à poser un préservatif masculin. Ou encore un jeu de cartes illustrées sur les étapes d’un rapport sexuel et les étapes de pose du préservatif masculin et féminin. On peut citer également l’exposition « Zizi Sexuel » qui a défrayé la chronique il y a quelques années ou encore tout récemment le film Sausage Party, dessin animé faisant la promotion du sexe en groupe et l’apologie du viol. Un film scandaleux pourtant autorisé dans les salles de cinéma en France aux enfants à partir de 12 ans. Pour ne citer que ceux-là.

Phare FM : On trouve ce même problème ailleurs en Europe et outre Atlantique Daniel…

Chroniqueur : En effet Sandrine. Les premières tentatives d’avancer l’âge d’accès à l’éducation sexuelle pour les enfants datent des années 70. Encore récemment en Suisse par exemple, une initiative populaire appelée « Protection contre la sexualisation à l’école maternelle et à l’école primaire » dénonçait un projet de vulgarisation dans les écoles d’une boîte d’accessoires « pédagogiques » contenant notamment des organes sexuels en peluche. La situation est la même en Belgique, où par petites touches, l’éducation sexuelle est devenue obligatoire dès l’école primaire.

De l’autre côté de l’Atlantique, des associations de parents se mobilisent aussi.

La liste n’est pas exhaustive.

 

Phare FM : Mais devant l’hypersexualisation de la société et l’omniprésence de contenus à caractère sexuel, entre autres sur le net, l’éducation sexuelle reste quelque chose d’indispensable, Daniel…

Chroniqueur : L’École peut certainement participer à l’éducation sexuelle des enfants, d’autant plus qu’un certain nombre de parents sont encore mal à l’aise pour aborder le sujet avec leurs enfants. Mais il faut que cela puisse se faire avec une pédagogie adaptée, dans le respect de leur maturité affective et des valeurs des parents. Or, ce que l’on constate, c’est que cet enseignement est souvent confié à des idéologues (planning familial et mouvements LGBT) et aux pornographes. Car manifestement, on ne met pas les mêmes choses derrière les mots « éducation sexuelle » ! Si vous allez sur le site « onsexprime » mis en place par le gouvernement français dont nous parlions au début, on apprend aux enfants à « utiliser son corps pour prendre du plaisir, seul(e) ou à plusieurs », à « composer sa recette du plaisir », et on y trouve des vidéos « pour préparer son dépucelage »… La question des sentiments et du développement affectif du jeune est quasiment inexistante.

Et cette éducation sexuelle, beaucoup de parents n’en veulent pas.

 

Phare FM : Est-ce une bataille perdue d’avance ?

Chroniqueur : Je ne crois pas, à condition que les parents et tous les acteurs de la société civile se mobilisent.

La sexualité, créée et voulue par Dieu rappelons-le, est quelque chose de trop précieux et formidable, que ce soit pour les enfants ou pour tous les êtres humains, pour la laisser non seulement être galvaudée, mais utilisée pour détruire l’innocence des enfants. Il en va de leur avenir et du nôtre.

Edmund Burke, écrivain et homme d’État irlandais du 18ème siècle disait : « Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.» « Personne ne commet une faute plus grande que celui qui ne fait rien parce qu’il ne peut pas faire beaucoup.»