Grain de Poivre du 02 mars – Eric Lemaitre – La dette publique

0 Partages

Grain de Poivre du 02 mars – Eric Lemaitre – La dette publique
Grain de sel/poivre ?

 
 
00:00 / 4:08
 
1X
 

De nombreux pays y font face, non sans conséquence pour les marchés et la population : que représente la dette publique ? Y a-t-il des solutions pour la combler ? On en parle avec Eric Lemaitre.

 

Phare FM : la France vient de dépasser un nouveau chiffre record concernant sa dette publique : à ce jour elle est à plus de 2200 milliards d’€. Que signifie pour vous ce chiffre Eric ?

Chroniqueur : Sandrine, nous avons en effet besoin de visualiser la dette, afin de mieux comprendre cette somme vertigineuse, abyssale que représente la dette française. 2 200 milliards €, ça représente la construction de plusieurs milliers avions Airbus. Mais soyons encore plus percutants : la dette publique actuelle selon des experts représente sensiblement la même valeur que la construction de 2 700 stades de France, pas moins. Certains économistes, pour frapper l’imagination de leurs auditeurs, évoquent l’image de l’entassement de billets de 100 € et disent qu’il équivaut à l’empilement de milliers et de milliers de palettes. Une palette représente grosso modo 100 millions d’€. Si nous empilons la dette française, en l’entassant dans des palettes nous dépasserions légèrement selon les mêmes experts, les dimensions de l’Arc de Triomphe parisien, qui fait 50 mètres de hauteur, 45 de largeur et 22 de profondeur. La prochaine fois que vous passerez devant l’Arc de triomphe, vous pourrez dire  à vos amis que vous avez quasiment vu la dette française…

Phare FM : Oui en effet ce chiffre est absolument vertigineux, et ces quelques images nous font prendre la mesure du véritable « monument »  que représente la dette publique ! Mais pour aller plus loin Éric, qu’est-ce que cette dette représente pour un habitant, pour un ménage ?

Chroniqueur : La dette représente en France et par habitant environ 34 000 €. Mais ce qui est le plus ahurissant Sandrine, ce n’est pas tant le montant de la dette mais bien le fait que celle-ci continue de grimper et de progresser à la vitesse de l’Airbus. Cette chronique grain de poivre fait environ trois minutes, en trois minutes la dette atteindra 479 700 € de plus soit 2665 € la seconde, l’équivalent d’un montant légèrement supérieur à deux SMIC. Les finances publiques, Sandrine sont bien exsangues, nos comptes sont dans le rouge, et nous finirons tôt ou tard par être punis par les marchés.

Phare FM : Alors justement, quelle est, quelle va être la conséquence de cette dette sur les marchés Eric ?

Chroniqueur : En fait continuellement nous empruntons comme vous l’avez compris, et nous allons chercher cet argent auprès de banques de fonds de pensions, de fonds d’assurance de fonds spéculatifs, d’investisseurs étrangers. Nous empruntons aux taux les plus bas à ce jour, et d’ailleurs nous sommes quasi contraints de le faire, pour payer les agents hospitaliers, les professeurs, les enseignants, les fonctionnaires dans la plupart des services publics. Mais pour de nombreux experts, Il semble peu probable que la France puisse encore s’endetter durablement à des taux très faibles. Or la situation en France est si préoccupante que la confiance des prêteurs s’affaiblit et les conduiront tôt ou tard à s’accorder pour élever les taux d’intérêt, et cela aura pour effet d’aggraver la vie économique de notre pays. Or un pays endetté n’est plus un pays libre, mais un pays asservi par les marchés qui nous obligeront à prendre des mesures draconiennes au détriment des ménages, des particuliers, de nos entreprises. La France ne sera plus ainsi à ses aises comme la cigale.

Phare FM : Quelles solutions sont envisageables pour vous Eric ?

Chroniqueur : Il existe concrètement des pistes par exemple et je ne suis pas ici exhaustif : nous pourrions imaginer par exemple la privatisation de la poste comme en Suède,, la réduction du nombre de parlementaires de 577 à 400 pour les députés, de 348 à une centaine pour les sénateurs, réduire les salaires des députés et des sénateurs … Fusionner les départements avec leurs régions, mettre fin à toutes les formes de doublons et de chevauchements des structures qui s’empilent et qui sont génératrices de dépenses publiques. Il existe des structures qui dévorent des budgets mais ne démontrent pas leur utilité, il s’agit sans doute de réfléchir à leur remise en question.