Grain de Poivre du 20 février – Philippe Malidor – Acte de repentance français

Grain de Poivre du 20 février – Philippe Malidor – Acte de repentance français
Grain de sel/poivre ?

 
 
00:00 / 2:52
 
1X
 

Il y a presque 5 siècles, Jean Calvin écrivait : « on a les autorités qu’on mérite « . Certains disent même que nous sommes directement responsables des dérives et insuffisances de nos dirigeants ! Explications par Philippe Malidor, notre chroniqueur.

 

Phare FM : Philippe, on le dit, les Français ont la réputation de râler contre tout, et notamment contre leurs hommes et leurs femmes politiques.

Chroniqueur : Il faut dire qu’ils ont largement de quoi le faire depuis quelques mois ! On en est presque à un scandale par jour. Alors, il y a deux hypothèses : soit nous avons été trompés sur la marchandise ; soit nous avons ce que nous méritons.

Phare FM : Et vous penchez pour quelle version ?

Chroniqueur : Les deux. D’une part, il est extrêmement rare qu’on se fasse élire sur un langage de vérité. Alors, au mieux, on ment par omission. Au pire, on ment effrontément, et on s’empresse d’avaler les promesses qu’on a faites et qui, très souvent, sont intenables.

Phare FM : Mais n’y a-t-il pas moyen d’évaluer les candidats à nos suffrages sur leur façon de s’adresser à nous, sur leur style, sur leur cohérence, et sur leur passé ?

Chroniqueur : Bien sûr que oui ! Pour ne pas faire de polémique, je ne donnerai pas de noms. Mais on a vu se faire élire, y compris dans un passé récent, des gens dont on savait pertinemment qu’ils étaient peu scrupuleux en affaires, et très retors dans le jeu politique. Et pourquoi ont-ils été élus quand même ? Parce que beaucoup d’électeurs se fichent de la morale en politique. Ce qu’ils veulent, c’est quelqu’un « qui en a », qui peut leur procurer des avantages locaux, régionaux, nationaux, quitte à utiliser des procédés pas très élégants et même pas très honnêtes. Ça devient tellement énorme que les pays qui nous entourent commencent à trouver que la France est un pays d’Ancien Régime où les passe-droits n’empêchent pas de se maintenir au pouvoir alors que, notamment dans les nations scandinaves, la moindre malhonnêteté se paye d’une exclusion pure et simple du champ politique.

Phare FM : Vous nous annonciez qu’il y a un homme politique en France qui déplore ouvertement cette situation.

Chroniqueur : Je vais d’abord vous citer un extrait de son dernier livre. Après avoir énuméré tous les maux de la France dont la France est la seule responsable, il déclare : « Nous, citoyens français, sommes directement responsables, y compris même des travers des gouvernants successifs que nous mettons en accusation, surtout quand est venu le temps de leur déclin. Nous sommes responsables de leurs insuffisances et de leurs dérives, puisque nous les avons choisis. Nous les avons choisis, donc nous les avons voulus. […] Nous les avons voulus, et ce que nous leur reprochons, [et là, écoutez attentivement], c’est bien souvent ce que le peuple français a préféré chez eux. Même leur cynisme parfois. »

Phare FM : …C’est un appel à un examen de conscience, ça !

Chroniqueur : Exactement. Maintenant, à nous de savoir si nous voulons des gens cyniques, séducteurs, voire méchants, ou des gens honnêtes. L’honnêteté ne fait pas tout, mais à mon avis, c’est le premier remède à l’apathie dans laquelle la France est plongée depuis trente ans.

Phare FM : Au fait, c’est qui, l’auteur de la citation que vous avez donnée ?

Chroniqueur : François Bayrou, dans Résolution française page 47.