Grain de Poivre du 31 janvier – Guillaume Bourin – Les transhumains c’est pour demain !

0 Partages

Grain de Poivre du 31 janvier – Guillaume Bourin – Les transhumains c’est pour demain !
Grain de sel/poivre ?

 
 
00:00 / 3:38
 
1X
 

L’arrêt du processus de vieillissement chez l’homme… Quête illusoire d’une fontaine de jouvence, ou réalité scientifique de demain, voire d’aujourd’hui ?  Réponse avec Guillaume Bourin !

 

Phare FM : Guillaume Bourin bonjour ! Une fois n’est pas coutume, c’est une sortie littéraire qui vous a inspiré aujourd’hui…

Chroniqueur : Oui Sandrine, et pas n’importe laquelle ! Il s’agit du récent ouvrage de Yannick Imbert, Rechercher l’immortalité : Folie ou réalité ? -Le défi du transhumanisme, fraîchement publié aux Éditions Farel. Yannick Imbert, grand spécialiste de Tolkien, est professeur à la Faculté Jean Calvin, à Aix-en-Provence.
Et comme son nom l’indique donc, cet ouvrage traite de « transhumanisme »…

Phare FM : Alors dites-nous, qu’est-ce que le transhumanisme ?

Chroniqueur : Si je voulais vous donner une définition courte, je vous dirais que les « transhumanistes » sont ces philosophes, ces scientifiques de haut-niveau, ces concepteurs d’outils informatiques qui estiment que la science pourra un jour rendre l’homme immortel et qui travaillent d’arrache-pied pour y parvenir.
Dans les faits, la réalité est souvent plus nuancée, et le transhumanisme se propose surtout d’éliminer le vieillissement et de grandement améliorer les capacités humaines, qu’elles soient intellectuelles, physiques, et psychologiques, en développant et en rendant plus accessibles les technologies.
C’est un peu la promesse de toutes les crèmes anti-vieillissement, me direz-vous ! Et bien c’est peut-être la même idée qui se trouve derrière, mais le transhumanisme va beaucoup plus loin. À titre d’exemple, l’idée qu’un jour la maladie n’existera plus est partagée par beaucoup de spécialistes. D’autres, comme par exemple une certaine Donna Haraway, estiment qu’il faudrait volontairement éliminer le genre « sexué », c’est à dire les différences physiques homme/femme, en usant de biotechnologies et de nouvelles techniques de PMA, la procréation médicalement assistée.
D’autres, enfin, estiment qu’un jour, l’humanité sera finie, dépassée, et qu’une nouvelle forme d’êtres humains naîtra : les transhumains. Et ils se proposent de « forcer » quelque peu l’évolution de l’homme par l’intégration de nouvelles technologies.

Phare FM : On a l’impression d’être dans un film américain à gros budget là… Que pense donc cet auteur, Yannick Imbert, du transhumanisme ?

Chroniqueur : Le professeur Imbert tente un exercice intéressant, une sorte de lecture chrétienne de tous ces phénomènes et de toutes ces tendances transhumanistes. Il avance par exemple que vouloir « dépasser la mort », notamment en souhaitant l’élimination de la souffrance et en refusant la fin de vie comme une fatalité, serait une idée avant tout chrétienne : les textes fondateurs du Christianisme, contenus dans la Bible, parlent de cette espérance qu’un jour la mort sera détruite et qu’elle ne frappera plus le genre humain.
Néanmoins, Yannick Imbert note aussi les différences profondes : certes transhumanistes et chrétiens font le même constat sur les fléaux qui frappent l’humanité entière ; certes ils semblent poursuivre certains buts semblables…  Mais les transhumanistes ne peuvent en aucun cas apporter une réponse aux questions fondamentales que sont  celles de l’existence de la mort, de la souffrance, de la maladie, etc… Et le plus souvent ils n’abordent même pas ces questions.
Les transhumanistes en appellent aux progrès technologiques pour vaincre la mort pour toujours, mais le programme du christianisme est basé sur la capacité de Dieu à venir au secours de l’humanité : c’est là tout le message de ce que l’on appelle « l’Evangile ».
Au final, on a le sentiment que le transhumanisme cherche à apporter des réponses « technologiques » à des problèmes dont il ignore la cause. Ces technologies sont limitées aux capacités des hommes qui les utilisent. La Bible, elle, parle d’un Dieu aux capacités illimités et qui souhaite apporter une solution de fond aux problèmes de souffrance et de mort qui frappent le genre humain.
La critique de Yannick Imbert est particulièrement constructive, et je vous en recommande vivement la lecture !

Phare FM : Merci Guillaume ! Le livre s’appelle  Rechercher l’immortalité : folie ou réalité ?, par Yannick Imbert. A bientôt !