Grain de Poivre du 05 janvier – Pascal Portoukalian – Bonne Année, cette formule machinale et indispensable

Grain de Poivre du 05 janvier – Pascal Portoukalian – Bonne Année, cette formule machinale et indispensable
Grain de sel/poivre ?

 
 
00:00 / 3:57
 
1X
 

Pour ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion de le faire, ou pour les retardataires qui n’auraient pas encore souhaité « Bonne Année », Pascal Portoukalian nous donne son avis sur cette formule un peu machinale !

 

Phare FM : Bonjour Pascal, et Bonne Année 2017 ! C’est d’ailleurs le thème de votre Grain de Poivre ce matin…

Chroniqueur : Merci Sandrine, bonne année à vous aussi ! Il est en effet de saison de se souhaiter une « bonne année », alors je m’adresse aussi à tous les auditeurs de Phare FM et je vous souhaite  une bonne et heureuse année 2017, pleine de joie et de bonnes surprises. Et surtout, comme le veut la formule consacrée, « la santé », c’est le plus important !

Phare FM : Merci Pascal. Qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter en retour ?

Chroniqueur : Vous pouvez me souhaiter plein de choses, mais bon, puisque vous me le demandez, vous pouvez me souhaiter le succès de cette marketplace, cet «Amazon chrétien» que nous allons lancer cette année chez Paul & Séphora. C’est un gros projet qui me tient particulièrement à cœur.

Phare FM : Eh bien je vous en souhaite le plein succès ! Que vous inspire cette formule de « Bonne Année » ?

Chroniqueur : Je dois avouer que cette petite formule machinale et indispensable en chaque début d’année a quelque chose d’un peu bizarre, ambivalent.
Je n’ai pas encore pris le temps cette année de préparer une carte de vœux avec une photo de ma famille. Alors tant que ce ne sera pas fait, je devrais me résoudre à commencer tous mes e-mails par une petite formule que j’espère chaque année un peu plus originale que l’année précédente. Selon les interlocuteurs, je vais intégrer une note spirituelle ou philosophique plus ou moins marquée. C’est un petit exercice sympathique auquel les gens qui comme moi communiquent beaucoup par e-mail doivent se plier.
Il n’empêche, au téléphone, ou lorsqu’on croise des personnes dans ces premiers jours de l’année, on ne peut pas y manquer : il faut se souhaiter la bonne année.

Phare FM : Vous dites ça  comme si c’était une corvée… C’en est une pour vous ?

Chroniqueur : Au contraire. Je dirais que ce petit rituel a quelque chose de plaisant.
D’abord, il donne aux gens une sorte de devoir de compassion. En se souhaitant de bonnes choses, on marque, l’espace de quelques secondes, de  l’intérêt pour les choses qui concernent l’autre : « Alors, qu’est-ce qu’on peut te souhaiter ? » « Ah bah moi, j’aimerais bien perdre 10 kg cette année », « souhaite-moi de trouver du boulot », ou « ce que je voudrais, c’est de pouvoir enfin déménager cette année ».
Dire ses souhaits pour l’autre, c’est aussi émettre une parole de bénédiction. Dans certains milieux, l’expression « soyez béni » est fréquente tout au long de l’année. Mais là, en début d’année, croyant ou non, en souhaitant le bien à l’autre, on lui adresse une parole de bénédiction. Et ça, ça ne fait jamais de mal.
Ensuite, on s’adresse un message positif. Et tous les coachs, les motivateurs, le savent bien : se dire des messages positifs nous aide à aller de l’avant. Et l’inverse est vrai : se voir rappeler nos défauts et nos erreurs nous paralyse et nous empêche d’avancer. En s’entendant plusieurs fois souhaiter les meilleurs vœux, de la part de plein de personnes différentes, j’ose croire que le message s’imprègne dans notre inconscient, et que ça a une action bénéfique sur nous.

Phare FM : Donc se souhaiter la Bonne Année, ce n’est pas banal finalement, ça a quelque chose d’utile ?

Chroniqueur : Mine de rien, ces paroles-là contribuent à la paix sociale, elles participent à nous décentrer de nous-mêmes et de nos préoccupations personnelles. Et puis elles obligent à s’intéresser un minimum à l’autre.
Ces souhaits de bonne année ne sont peut-être pas grand-chose, ils sont peut-être un peu convenus, répétitifs. Mais ils manqueraient s’ils n’étaient pas là ! Alors, même si je l’ai déjà dit en introduction, ça ne fait clairement pas de mal de se le redire : je vous souhaite une bonne et heureuse année 2017. Je vous souhaite de vivre cette année dans la joie, l’amour et la paix.