Grain de Poivre du 30 novembre – Eric Denimal – De la tyrannie de la Laïcité

0 Partages

Grain de Poivre du 30 novembre – Eric Denimal – De la tyrannie de la Laïcité
Grain de sel/poivre ?

 
 
00:00 / 3:59
 
1X
 

La Primaire de la droite bousculée par une croix ? Eric Denimal revient sur cet évènement controversé !

 

Phare FM : Ainsi donc, vous vous insurgez contre ceux qui s’insurgent, en vous attardant sur certains exemples particuliers que vous allez nous développer.

Chroniqueur : Tout à fait ! Je m’insurge contre certaines attaques ridicules derrière lesquelles se cachent, en vérité, des agressions de plus en plus sévères. Pour illustrer ce fait, je reviens sur ce qui s’est passé dimanche soir, sur France 2.

Phare FM : Vous voulez revenir sur la soirée consacrée aux résultats du deuxième tour de la Primaire de la Droite ?

Chroniqueur : Plus exactement sur une anecdote qui a pris, étrangement, des dimensions disproportionnées. Il y avait bien le résultat de la Primaire de la Droite, avec le score que l’on sait. Sur le plateau de France 2, on a vu, à un moment, Valérie Boyer, porte-parole de François Fillon, le grand vainqueur. Elle était à l’antenne depuis quelques minutes quand soudain, elle a été la cible de Caroline Fourest, journaliste et surtout polémiste virulente. Caroline Fourest n’était pas sur le plateau mais c’est sur le net, par tweet, qu’elle a attaqué la députée et porte-parole. Et sur quoi portait l’attaque ? Sur la croix de Valérie Boyer, une croix arménienne en pendentif. Le tweet disait : « Le retour de signes religieux ostensibles, c’est maintenant ! » Aussitôt, des milliers d’internautes ont renchéri en criant au scandale, au retour du Moyen-Age, au danger que représente le nouveau candidat issue d’un catholicisme réactionnaire et dont la porte-parole était déjà la porte-étendard…

Phare FM : Francois Fillon avait déjà été bousculé sur ses positions jugées trop catholiques…

Chroniqueur : C’est vrai qu’entre les deux tours de cette Primaire, les journalistes se sont quelque peu acharnés en essayant de le piéger sur la question de l’avortement, voir du mariage des homosexuels. Et François Fillon d’évoquer ses convictions personnelles, et catholiques il est vrai. Manifestement, il n’est pas bon aujourd’hui d’être catholique, ou chrétien. D’ailleurs, Caroline Fourest, qui a lancé la polémique dont je parle, persiste et signe dès le lendemain sur BFM en disant : « C’est la revanche de la droite catholique ! » Cette droite catholique ne peut que déranger la journaliste qui, je le rappelle, a écrit un essai au titre évocateur « Éloge du blasphème ». Elle milite aussi notamment pour le droit des homosexuels et, avec sa compagne, elle aussi essayiste féministe, elle a écrit plusieurs livres où, ensemble, comme on disait dans le temps, elles bouffent du curé.

Phare FM :Mais son propos n’était-il pas de défendre la laïcité ?

Chroniqueur : Que l’on fasse de la laïcité son cheval de bataille, pourquoi pas ? Mais la laïcité, ce n’est pas la censure de toute expression, de tout signe, de tout geste appartenant à une religion, quelle qu’elle soit ! Si on commence à surveiller le moindre bijou, le moindre symbole, le moindre tatouage, la moindre allusion, la moindre référence à la foi, qu’elle soit juive, chrétienne, musulmane ou hindouiste, on va vite être submergé par des polémiques inutiles et des indignations ridicules. Et surtout, on ne sera plus en démocratie.

Ce qui me semble évident, dans cette affaire, c’est que l’éthique qui nait de la foi chrétienne fait très peur aux libertins de nos sociétés laxistes, athées ou agnostiques et débridées. Du coup, il faut tirer sur tout ce qui pourrait rappeler une quelconque moralité ou conviction religieuse. D’ailleurs, vous allez vite observer sur quel terrain des gens comme François Fillon et Valérie Boyer vont être agressés avant les élections présidentielles de l’an prochain. Croyez-moi, la hargne contre l’éthique chrétienne ne fait que commencer… Et les attaques viennent toujours de ceux qui réclament pour eux la liberté de pensée et d’expression. Cocasse, non ?