Noël PHARE FM

Vous Avez Dit Noël ? – 28 Décembre

Pendant la Renaissance, il y avait un sculpteur du nom d’Agostino

d’Antonio qui vivait à Florence en Italie. Il travaille un énorme bloc de

marbre, mais n’aboutit à rien. Finalement dans sa frustration, il se

dit : « Je n’arrive à rien avec ce morceau de marbre de mauvaise qualité »

et il l’abandonne dans un coin. D’autres sculpteurs essaient d’en tirer

quelque chose, mais ils abandonnent eux aussi. Le morceau de pierre

est mis dans un coin et oublié pendant près de 40 ans.

Puis un beau jour, un sculpteur du nom de Michel-Ange qui passe

par-là tombe par hasard sur l’endroit et remarque le morceau de marbre.

Il aime ce qu’il voit. On transporte le bloc de marbre dans son atelier et il

se met au travail, le sculptant et le transformant avec patience et amour.

Finalement, la pierre qui avait semblé n’avoir aucune valeur devint David,

le plus grand chef-d’œuvre de Michel-Ange qui, incroyablement, frémit

de vie bien qu’il soit beaucoup plus grand que nature.

Plus tard dans sa vie, Michel-Ange qui vient de terminer la sculpture

qui est considérée comme sa plus grande œuvre — Moïse et les Dix

Commandements — se met en colère par frustration. Il lance un burin

contre la sculpture, causant un éclat dans le genou de Moïse qui est encore

visible aujourd’hui. (Apparemment, Michel-Ange avait des problèmes

de « gestion » de sa colère !) Dieu merci, avant de mourir, Michel-Ange

réalise combien il a besoin de Jésus et il écrit dans son testament :

« Je meurs dans la foi en Jésus-Christ et dans la ferme espérance d’une vie

meilleure. »

Nous essayons tellement de trouver la plénitude en nous-mêmes, mais il

nous manque toujours quelque chose ! Il y a toujours un manque, une

solitude, une imperfection. Nous essayons de remplir ce vide avec des

plaisirs, des relations, des succès ou des vices. Nous tentons de trouver

la satisfaction dans l’alcool, les drogues, le jeu, les sports, la musique, les

films. Mais le vide subsiste. C’est pour ça que nous avons tant besoin de

Jésus.

Les anges l’ont dit parfaitement aux bergers : « Aujourd’hui, dans la

ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur »

(Luc 2.11). Nous en avons tous besoin !