Grain de Poivre du 28 novembre – Daniel Rivaud – Contraception hormonale, danger !

La pilule, le patch, le stérilet… Selon une récente étude danoise, tous ces moyens de contraception augmenteraient de manière significative le risque de suicide. Décryptage.

 

 

PHARE FM : Bonjour Daniel ! Alors, vous nous le disiez en introduction, une équipe de chercheurs danois viennent de démontrer que les femmes sous contraceptifs hormonaux (pilules, patch, stérilet, anneau vaginal) ont trois fois plus de risque de suicide que celles qui n’en ont jamais pris. C’est alarmant, et ça concerne un grand nombre de femmes Daniel !

Chroniqueur : En effet Sandrine, si on prend l’exemple de la pilule, celui-ci reste aujourd’hui le moyen de contraception le plus utilisé : en France, 41% des françaises de 15 à 49 ans prennent la pilule. Un geste qui a été présenté longtemps comme une libération pour la femme, la panacée de tous ses problèmes médicaux et la seule véritable solution contre les grossesses multiples ou l’IVG.

PHARE FM : Il semble Daniel que ce quasi dogme serait en train de tomber ?

Chroniqueur : Dans son livre « J’arrête la pilule » [1] publiée en septembre dernier, Sabrina Debuscat, journaliste indépendante et spécialiste des sujets de santé, a publié une étude fouillée, argumentée, sur le contraceptif, où elle détaille entre autres le fonctionnement de ce perturbateur endocrinien : je cite « Prendre des hormones de synthèse, c’est ingérer, par des circuits inhabituels, des molécules étrangères dans le but de dompter une fonction naturelle précise. Or, comme toucher une seule fonction hormonale sans en perturber de nombreuses autres n’est pas possible, cet acte n’est jamais anodin ».

PHARE FM : Ce que confirme donc cette étude danoise ?

Chroniqueur : En effet Sandrine. Même si ce n’est pas la première alerte. Cela fait près de 30 ans que des études paraissent régulièrement sur le sujet. On peut citer par exemple les travaux du Professeur Philip Ney, pédopsychiatre canadien qui dès 1995, faisait le lien entre contraception et augmentation du taux de suicide. Peut-être qu’un certain nombre de nos auditrices se souvient de la crise de 2012 déclenchée par la révélation des risques cardio-vasculaires accrus liés aux pilules de 3ème et 4ème génération. Donc, l’information n’est pas nouvelle.

PHARE FM : Mais alors Daniel, en quoi cette étude apporte-t-elle quelque chose de nouveau ?

Chroniqueur : C’est que l’étude s’est faite à travers le suivi de toutes les femmes danoises (ordonnances, décès, cause des décès) au-delà de 15 ans entre 1996 et 2013, comparant celles sous contraceptifs hormonal et celles sans.

Donc, une étude à l’échelle du pays et sur 17 ans. Difficile de faire mieux Sandrine ! Ils ont pu ainsi établir que parmi les femmes qui utilisaient des contraceptifs hormonaux couramment ou depuis peu, le risque de tentative de suicide était presque le double de celui des femmes qui n’avaient jamais utilisé de contraceptifs. Le risque était triple pour le suicide. Le patch était lié au risque le plus élevé de tentatives de suicide, suivi par le stérilet, l’anneau vaginal et ensuite les pilules. Le risque était maximal dans les deux premiers mois suivant la première prise de contraceptif hormonal.

PHARE FM : Qu’est-ce qu’on fait alors Daniel ?

Chroniqueur : Ce n’est pas dans le cadre de cette chronique que nous pourrons l’aborder. Mais voyez-vous Sandrine, je fais partie de ces gens qui pensent que Dieu, en créant cette expression de la vie aussi extraordinaire que la sexualité, nous a donné également les moyens de la gérer, sans attendre pour cela le Planning familial. C’est peut-être à nous de le (re)découvrir ne croyez-vous pas ?