Grain de Poivre du 27 novembre – Cécylia Rançon – Marre de la France qui pleure

Pour notre chroniqueuse, nous devrions arrêter de « pleurer » les suites des attentats. Explication.

 

 

 

PHARE FM : Une fois n’est pas coutume, vous allez encore taper du poing sur la table aujourd’hui, et vous voulez revenir sur ce qui vous a choqué lors des commémorations du 13 novembre dernier à Paris (attentats 13 Nov 2015)… Ce sont même ces commémorations qui vous ont choqué ?!

Chroniqueuse : Ras-le-bol Sandrine de voir le même cérémonial se répéter d’années en années avec une monotonie mortifiante post attentats. Voyez par vous-même: lecture des noms gravés sur les plaques mémorielles, dépôt de gerbe de fleurs sans oublier  LA minute de silence…Ah que ferait-on sans elle?

PHARE FM : Comment ça? Qu’y a t-il de mal à se souvenir? Le fait de commémorer ces événements permet aussi de ne pas oublier les victimes. C’est une façon de dire “plus jamais ça”!

Chroniqueuse : Alors plus le “plus jamais ça” il faudra s’armer de patience ma chère, je vous trouve en effet bien optimiste.  Je  rappelle quand même que depuis 2015, les attentats djihadistes ont fait plus de 200 morts sur le sol français . Et je ne compte pas les autres pays… Oui la France a saigné sur son sol, oui la France est endeuillée, martyrisée par ces attaques meurtrières, mais est-ce une raison pour subir notre sort sans broncher ? Tout ce que nous savons faire, c’est pleurer, organiser des marches, allumer des bougies et se taire, eh bien je dis non! Nous avons le droit d’être en colère et de le faire savoir. Vous êtes en colère ? Contre quoi ? Les cellules d’aide psychologiques qui se sont multipliées ces dernières années. J’ai l’impression qu’on ne sait faire que ça : des cellules psychologiques !  Comment a-t-on pu descendre aussi bas ? Je voudrais réagir à  la citation d’Antoine Leiris qui a perdu sa femme dans l’attaque du Bataclan: “Le jour où nous n’allumerons plus de bougies, nous serons devenus comme eux”.

PHARE FM : Très belle citation en effet…

Chroniqueuse : Et bien je ne suis pas d’accord.  Vous croyez vraiment qu’il suffira d’allumer des bougies pour faire passer la pilule? Les auteurs de ces attentats doivent bien se payer notre tête quand ils nous voient allumer notre petite bougie. Nous ne faisons qu’accepter ce qui nous arrive avec dépit, nonchalance et résignation  là où d’autres pays auraient déjà riposté avec fermeté. Mais nous non, on préfère déposer  des fleurs sur les lieux tragiques. Ce sont les fleuristes qui doivent être contents.

PHARE FM : Mais chacun est libre de vivre sa peine à sa manière. Il y a un temps pour pleurer qui est nécessaire je crois… Vous voudriez faire quoi vous ?

Chroniqueuse : Vous avez raison Sandrine, chacun gère sa souffrance comme il l’entend. Je ne critique pas les individus mais le gouvernement de ce pays!  En plus d’être en  partie responsable de ce qui arrive à la France de par sa politique internationale, il est incapable de  gérer les conséquences de ce qu’il a laissé faire et  provoqué! Arrêtons de mettre des pansements sur les plaies et agissons en amont avant que les événements tragiques ne se reproduisent. Comment ? Avec une politique plus ferme ! Je crois qu’on a assez pleuré ! Il faut maintenant relever la tête, au risque, à force de la laisser courbée, de ne plus pouvoir la relever.