Grain de Poivre du 13 septembre – Eric Denimal – Arrêtons de blâmer le président français

Pour notre chroniqueur, le président français Emmanuel Macron est critiqué à tort sur sa gestion de l’ouragan Irma. Explications.

 

Phare FM : Et si, comme tout le monde, nous parlions d’Irma, Eric ?

Chroniqueur : En effet, l’actualité nous impose de parler du cyclone qui a dévasté une partie des Antilles et la Floride, mais il faudrait mesure garder quant aux complaintes qui montent et qui voudrait entraîner dans la tornade la gouvernement et son chef.

Phare FM : Lequel s’est rendu sur les îles touchées hier…

Chroniqueur : Reconnaissons-le ! Nous n’étions certainement pas très nombreux à pouvoir situer sur une carte l’île de Saint-Barthélemy. Peut-être même ne savions-nous pas qu’elle était française, à quelques centaines de km de la Guadeloupe. À moins d’être fan de Johnny Hallyday qui y possède une propriété que les lecteurs de Gala et de Voici connaissent bien.

Phare FM : Vous semblez également au courant !

Chroniqueur : Je m’informe et du coup, je découvre des choses ! Les habitants de St Bart, se lamentent en répétant que c’était le paradis et qu’après Irma, c’est l’enfer. Nous l’avons tous constaté par les nombreuses images et les commentaires appuyés de tous les journaux. Mais les résidents, en parlant de paradis, se sont souvent gardés de dire que c’est aussi un paradis fiscal.  Finalement, pourquoi croyez-vous que notre Jonny national y ait, comme en Suisse, une propriété.

Phare FM : Parce que c’est un paradis fiscal ?

Chroniqueur : Oui, c’est un paradis fiscal pour toute personne qui y réside depuis au moins 5 ans. Jugez : exonération de  l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur la fortune. La TVA n’y a pas court. Avouez que c’est une série d’avantages intéressants en plus du paysage, de la mer et du soleil. Hélas, il peut y avoir des ouragans et des cyclones, mais c’est peut-être l’occasion de nous rappeler que la précarité existe partout, dans un monde fait d’injustices… Et maintenant, on critique le gouvernement de métropole de n’avoir pas fait le nécessaire pour éviter la catastrophe. Comme le disait quelqu’un : « Si le président de la république sauvait un enfant des flammes, on lui reprocherait de n’avoir pas éteint l’incendie ! »

Phare FM : Or, le gouvernement a accepté la commission d’enquête sur la gestion de la crise, Eric…

Chroniqueur : Oui, et voilà qui devrait confondre tous ceux qui s’empressent de soulever une polémique qui est construite sur la bêtise et l’hypocrisie politique ! La critique est aisée, mais l’art est difficile… Mais soyons justes !  Que l’on se porte au secours des victimes d’Irma, c’est évident et tout à fait justifié. Que les français de métropole paient pour ceux qui ne paient pas, c’est le principe de la solidarité accepté depuis longtemps. Mais il faudrait arrêter de stigmatiser ici les autorités d’une mauvaise gestion de la situation parce qu’à ce petit jeu, on va finir par accuser aussi la police d’arrêter les pillards.