Grain de Poivre du 12 septembre – Guillaume Bourin – Traitement médiatique et réseaux sociaux face aux ouragans

Est-on sûr d’avoir le bon raisonnement face aux dernières catastrophes climatiques ? Ne devrait-on pas revoir nos réactions, surtout sur les réseaux sociaux ? Réponse et réflexions de notre chroniqueur.

 

Phare FM : Bonjour Guillaume Bourin, bonne rentrée à vous !

Chroniqueur : Merci Sandrine, pareillement ! Même si ça fait déjà quelques jours pour vous.

Phare FM : Avez-vous passé de bonnes vacances ?

Chroniqueur : Franchement oui. Ce n’était pas de tout repos, mais j’ai eu beau temps ! Ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde, au regard de cette succession d’ouragans qui frappe actuellement les Caraïbes et le sud des Etats-Unis. Et justement, pour ma chronique de rentrée, c’est le sujet dont je souhaitais vous parler.

Phare FM : Vous voulez nous faire une chronique météo, Guillaume ?

Chroniqueur : Pas exactement.  J’aimerais plutôt exprimer ma tristesse face au traitement médiatique de ces drames. Plus précisément, j’aimerais parler d’inégalité de traitement médiatique.

Phare FM : Expliquez-vous.

Chroniqueur : Et bien considérez la place accordée à Harvey, à Irma, et maintenant à José, tous des ouragans menaçant des pays occidentaux ou des îles leur appartenant. Comparez-la avec l’espace médiatique occupé par les inondations survenues en août au Sierra Leone (400 à 500 morts selon les estimations, plus de 600 disparus), et vous comprendrez mon désarroi.

Mais ce n’est pas fini ; tournez-vous maintenant vers les réseaux sociaux, et regardez les réactions des uns et des autres : entre ceux qui croient à un complot climatologique mondial, ceux qui proclament un jugement de Dieu sur ces régions, et ceux qui en profitent pour laisser éclater leurs préjugés et leur haine envers certains groupes d’humains… Que puis-je dire de plus ? Toutes ces réactions sont choquantes, mais ce n’est pas la première fois qu’on les observe, et malheureusement, je ne pense pas que ce sera la dernière fois.

Phare FM : Tout ceci est bien déprimant… Quelle leçon en tirer, Guillaume ?

Chroniqueur : Je crois qu’il s’agit d’une nouvelle démonstration de l’état du cœur de l’homme. Même dans d’aussi terribles circonstances, l’empathie n’est pas la norme et surtout elle est à géométrie variable. Quelle tristesse… Et pour tout vous dire,je ne sais pas pour vous mais je vois ces choses également en moi -ce manque d’empathie, cette froideur, cette indifférence qui pointe parfois le bout de son nez- et je veux lutter contre. 

Devant de tels événements, souvenons-nous qu’il y a un Dieu qui règne dans le ciel et sur la terre ; c’est lui notre modèle d’empathie par excellence. Voici comment la Bible le présente : « L’Éternel est près de ceux qui ont le cœur brisé, Et il sauve ceux qui ont l’esprit dans l’abattement. » Et si nous nous tournions vers ce Dieu, afin d’apprendre à agir dans nos circonstances avec un cœur semblable au sien ?