Grain de Poivre du 05 septembre – Daniel Rivaud – L’accès à l’euthanasie élargi aux personnes en bonne santé ?

Aujourd’hui, notre chroniqueur Daniel Rivaud revient sur la proposition d’un député libéral belge pour l’élargissement de l’accès à l’euthanasie à toute personne « ayant objectivement décidé qu’il était temps de mettre fin à son existence ». Explications.

 

 

Phare FM : Quand on parle de l’euthanasie, « l’exemple » belge est souvent cité. Pourquoi ?

Chroniqueur : La Belgique a dépénalisé l’euthanasie en 2002 pour les personnes majeures. En 2014, la loi a été étendue aux mineurs sans limite d’âge. Ainsi, près de 15 000 personnes ont été euthanasiées entre 2002 et 2016, selon les données officielles de la Commission fédérale de contrôle. Depuis 15 ans, le nombre d’euthanasies n’a cessé d’augmenter rapidement, et les propositions de loi se sont multipliées pour faciliter et pour élargir les conditions de la pratique de l’euthanasie.

Phare FM : Mais si ça se passe dans le cadre de la loi, n’est-ce pas une évolution normale ?

Chroniqueur : En fait Sandrine, il y a encore de multiples dérives dans l’interprétation et dans l’application de la loi : persistance de nombreuses euthanasies clandestines, interprétation de plus en plus large des critères à respecter notamment sur la notion de « souffrance physique ou psychique constante, insupportable et inapaisable », rôle discutable de la commission fédérale de contrôle, évolution vers des suicides assistés médiatisés, utilisation des euthanasies pour des dons d’organes, pressions pour supprimer la clause de conscience, etc. Et puis, on le sait bien, ce qui devient légal devient moral, en tous cas dans l’esprit de beaucoup de gens.

Phare FM : Un député libéral belge vient de proposer une modification de la loi en vigueur sur l’euthanasie, pour l’élargir « aux personnes âgées qui ont le sentiment d’une vie accomplie ». L’euthanasie serait alors proposée aux personnes « qui ont objectivement décidé qu’il était temps de mettre fin à leur existence ». Comment expliquer cette « escalade » ?

Chroniqueur : Les mentalités évoluent rapidement vers une banalisation de l’euthanasie, au nom de l’autonomie et de « la liberté de l’individu à disposer de sa vie et de sa mort », dans une vision utilitariste anglo-saxonne de l’existence. L’euthanasie est progressivement considérée comme un droit dont on peut réclamer l’application pour soi-même ou pour des proches, même si les conditions ne sont pas clairement réunies. Pour le député belge, il parle de personnes qui ont décidé, à un certain âge, qu’elles avaient fait ce qu’elles devaient faire dans leur vie, et qu’elles estimaient qu’elles ne voulaient pas aller plus loin. Donc, des personnes en parfaite santé physique et morale. Ou encore des personnes dont la fatigue de vivre est une conséquence d’une somme de petites pathologies. Bien sûr, cette proposition est certainement ce qu’on appelle en politique un « ballon-sonde » et à peu de chances d’aboutir maintenant. Mais nul doute que d’autres reviendront la charge ultérieurement.

Phare FM : Mais qu’est-ce qui vous dérange avec ça, Daniel ?

Chroniqueur : Ce qui me dérange, c’est que nous vivons dans des sociétés valorisant la jeunesse, la performance et la beauté ; l’humain est de plus en plus ramené à un produit qui doit être de bonne qualité. On nous répète même que le but est d’assurer une « qualité de vie » aux personnes âgées. Alors, une fois que la « qualité de vie » est obtenue, que vouloir de plus ? La mort, même si tous ne savent où ils iront après. Et pourtant, n’est-ce pas la question essentielle ?