Grain de Poivre du 07 Juin – Eric Denimal – Suspension d’un professeur pour citation biblique

Il y a quelques semaines, en France, un professeur a été sanctionné, puis suspendu pour avoir lu des citations bibliques en classe. Prosélytisme ou atteinte aux libertés ? Notre chroniqueur, qui a participé à la défense du professeur par le biais d’une association, explique son point de vue.

 


Phare FM : Ca s’est passé en France : un professeur des écoles a été sanctionné par sa hiérarchie pour avoir lu des extraits de la Bible dans sa classe de CM1 et CM2. Eric, vous pouvez nous rappeler les faits ?

Chroniqueur : Volontiers et vous allez voir que l’affaire n’a pas traîné, comme s’il s’agissait d’un enseignement djiadiste dans une classe de radicalisés.

Le 30 janvier dernier, l’Inspection Académique reçoit un courrier anonyme dénonçant les enseignements d’un professeur des écoles qui aurait lu des extraits de la Bible en classe (ce que l’enseignant ne conteste pas). Le 1er février, c’est à dire deux jours plus tard, un inspecteur de l’Education Nationale se rend dans la classe des niveaux CM1 et CM2. Le 3 février, l’enseignant est convoqué devant le directeur départemental de l’Education Nationale à Châteauroux et il est aussitôt suspendu à titre conservatoire. Une suspension de 4 mois est arrêtée. Le 4 avril, il reçoit une convocation à une commission de discipline. Le 19 avril enfin,  l’instituteur dépose un recours hiérarchique via son avocat auprès du ministère pour annuler l’arrêté de suspension.

Via une association, je suis entré en contact avec cet avocat qui nous a répondu : « Mon client se déclare agnostique et il a été véritablement mis K.O debout lors des premières semaines de sa suspension, et puis grâce, notamment, aux nombreux soutiens des parents d’élèves, des élus et de proches, il est redevenu combatif et aujourd’hui, même si une erreur d’appréciation peut lui être reprochée, le critère de gravité n’est nullement avéré. »

Phare FM : Vous disiez que le professeur a reconnu les faits, Eric.

Chroniqueur : Oui, il est alors dans le cadre d’un enseignement sur la culture chrétienne et sur l’histoire des civilisations. Ce n’est pas un chrétien, il ne s’est pas marié à l’église, il n’a pas fait baptiser ses enfants. C’est juste un enseignant qui illustre ses cours avec des citations. Il conteste avec la plus grande énergie toute intention prosélyte de sa part et toute atteinte à la laïcité. Or voilà que le recours qu’il a déposé auprès de la ministre de l’Education Nationale n’a pas abouti.

Phare FM : De plus, le gouvernement français a changé entre temps, la ministre de l’Education Nationale aussi, mais ça n’a rien changé pour lui Eric.

Chroniqueur : Eh oui ! Le jugement a été rendu vendredi dernier : le professeur été suspendu et il ne retrouvera pas sa classe.

L’enseignant était pourtant défendu par de nombreux parents d’élèves, qui ont organisé une manifestation de soutien devant l’inspection académique à Châteauroux. Ces parents ont eu moins de poids que la lettre anonyme. Finalement il a été muté d’office par la commission de discipline de l’Inspection Académique.  En attendant cette mutation pour la rentrée prochaine, il est autorisé à enseigner de nouveau jusqu’à la fin de l’année en assurant simplement des remplacements.

Phare FM : On sent que toute cette affaire vous bouleverse, vous scandalise même Eric…

Chroniqueur : Je le suis, je suis même révolté. Si un professeur agnostique et soucieux de la laïcité dans sa classe ne peut même plus citer la Bible, nous sommes entrés dans un régime totalitaire où il ne s’agit même plus d’une atteinte à la liberté religieuse, mais à la liberté d’expression, de parole. Il y a un fanatisme laïcard et sans doute anti-chrétien qui devient une inquisition effrayante. De beaux jours s’ouvrent pour les corbeaux et les auteurs de lettres anonymes.