Grain de Poivre du 01 juin – Eric Lemaitre – Regain de tensions au Centrafrique

La Centrafrique enferme en son sol quantité de richesses. Pourtant, c’est l’un des pays les plus pauvres de la planète, et l’insécurité règne dans ce pays où des villages entiers se vident de leurs habitants. Les chrétiens sont également menacés… Explications de notre chroniqueur.

 

Phare FM : Avant de revenir  sur la situation préoccupante de ce conflit sanglant qui touche le Centrafrique, pouvez-vous nous dire quelques mots sur ce pays et les raisons qui vous motivent à nous parler de la situation vécue par les centre-africains ?

Chroniqueur : Ce pays, comme son nom le désigne, est au centre de l’Afrique ; il possède un sol qui renferme une quantité de richesses notamment en bois, en minerais, en pétrole et en or. Pourtant c’est l’un des pays les plus pauvres de la planète. Dernièrement les Nations Unies ont publié un classement des pays en fonction de leur prospérité, où la République centrafricaine occupe la dernière place. Elle a un revenu par habitant de 520 € par an : à titre de comparaison un allemand gagne environ 39 300 € brut, un européen en moyenne  31 000 €. Les raisons qui m’ont motivé à vous parler du Centrafrique tient au fait que l’église dans laquelle je vais soutient plusieurs amis centrafricains en grande précarité, nous sommes de fait particulièrement sensibles et engagés à leur côté pour ne pas les abandonner.

Phare FM : Pouvez-vous revenir sur ce qu’il se passe en ce moment en Centrafrique ?

Chroniqueur : Le sentiment pour beaucoup d’entre nous a été d’imaginer que la normalisation touchant la capitale, Bangui, s’étendait à tout le territoire. Or il n’en est rien.  Beaucoup d’observateurs notent l’insécurité qui règne totalement dans le pays. La situation est particulièrement catastrophique. Les villages de Centrafrique se vident de leurs habitants. Les violences et la persécution sont palpables. Plusieurs groupes armés se battent pour définir « leurs » zones d’influence, leurs prés carrés. Dans ce contexte, les affrontements se multiplient entre bandes rivales. Les dernières violences à Bangassou, à l’est de Bangui, ont fait 5 morts et 29 blessés. Dans ces violences, six soldats de la Mission des Nations Unies en Centrafrique ont été tués dans l’attaque de leur base militaire. Nous assistons à de véritables guérillas et à une recrudescence de violences qui déstabilisent ce pays.  Il faut également rappeler que le centre Afrique est  l’un des pays où les Chrétiens sont les plus persécutés au monde, le 35ème plus précisément.

Phare FM : Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Chroniqueur : Selon le rapport de l’ONG Portes Ouvertes la persécution en Centrafrique, c’est lié tout d’abord à l’extrémisme islamique, qui fait preuve d’une extrême violence envers les chrétiens. Depuis le début de la rébellion, plusieurs églises ont été saccagées et profanées, les chrétiens ont été dépouillés de tout, enlevés, torturés, assassinés, leurs femmes violées. La corruption qui règne dans ce pays joue aussi un rôle non négligeable dans la persécution qui touche les chrétiens centrafricains. Dans la crise actuelle que traverse le Centrafrique, ce sont les chrétiens, quelle que soit leur dénomination, qui sont les plus vulnérables. Tout ce qui leur appartient est une cible potentielle pour les extrémistes. Jamais auparavant, les chrétiens du pays n’avaient subi un tel niveau de violence.

Phare FM : Il y aurait également des milices Eric ?

Chroniqueur : Oui, les milices anti-balaka Sandrine. Elles sont qualifiées à tort de milices chrétiennes. Ces milices sont composées de civils, d’anciens soldats ou de fermiers, qui ont pris les armes pour se défendre, elles ont aussi parfois attaqué des chrétiens. Les responsables des églises catholiques et évangéliques de Centrafrique se sont clairement distancés des violences perpétrées par ces milices.