Grain de Poivre du 15 mars – Eric Denimal – Info ou intox

5 Partages

Grain de Poivre du 15 mars – Eric Denimal – Info ou intox
Grain de Poivre - Archive

 
 
00:00 / 4:06
 
1X
 

Il devient de plus en plus difficile de déceler le vrai du faux, même dans les médias. Qu’est-ce qui est important ? Qu’est-ce qui ne l’est pas, et à qui faire confiance ? On en parle avec Eric Denimal !

 

Phare FM : Eric, vous voulez  aborder avec nous ce matin la difficile question de la crédibilité des journalistes…

Chroniqueur : Et pas seulement des journalistes, Sandrine. Car on peut s’interroger aussi sur celle des politiques. Alors que la France est en pleine période pré-électorale, le citoyen lambda ne sait plus très bien qui croire. Tout et son contraire est annoncé à longueur d’ondes et d’émissions spéciales. Du coup, on jette le bébé avec l’eau du bain et on déclare, avec plus ou moins de colère et d’indignation : tous menteurs, et même : tous pourris !

Viennent alors des questions sans réponse tant nous sommes tous persuadés de connaître ces réponses : les politiques mentent-ils plus que les autres ? Les politiques mentent-ils plus que les journalistes ?

Phare FM : On a, en effet, le sentiment que si nous sommes dans l’ère de l’information, nous sommes peut-être aussi dans celle de la désinformation. Et ce peut être dangereux…

Chroniqueur : Oui. Cela va de l’état de santé de Johnny Halliday à la possible candidature de François Hollande, en passant par la taxe sur les jardins potagers. Je viens d’entendre l’étonnant propos de Rudy Reichtadt, fondateur de l’Observatoire des radicalités politiques, analyste du conspirationnisme et des théories du complot. Ce monsieur déclare avec force : « Il y a aujourd’hui plus qu’hier, des entrepreneurs de la politisation qui ne sont rien de moins que des désinformateurs professionnels. »

Alors que nous sommes bombardés d’infos, de scoops, de dépêches – dans lesquels le conditionnel est de plus en plus employé – diffusés sur les chaînes d’info continue, et par les réseaux sociaux qui répercutent, nous ne savons plus très bien si ce qui est annoncé est vrai ou faux. Ce qui est vrai, c’est que de fausses infos circulent.

Phare FM : Mais qui lancent ces fausses informations, et – comme on le dit dans les séries policières – à qui profite le crime ?

Chroniqueur : Il y a, globalement, quatre types d’acteurs qui font circuler de fausses informations.

  • Ceux qui le font en sachant qu’elles sont fausses, simplement pour mettre du désordre dans le système. Un peu comme ces informaticiens qui inventent des virus, par jeu, et qui s’amusent à contaminer les programmes informatiques.
  • Ceux qui le font par militantisme idéologique afin de servir leur cause. Par exemple ceux qui ont annoncé que la pollution que la France a connu en décembre et janvier dernier, venait des usines à charbon d’Allemagne.
  • Ceux qui le font pour servir des intérêts politiques, économiques ou personnels. Exemple : la ministre de la santé française veut rendre obligatoire 9 vaccins sur les nourrissons.
  • Et ceux qui le font en croyant qu’elles sont vraies. C’est ainsi qu’un ami sincère m’a relayé, il y a quelques temps, l’info selon laquelle les musulmans de Paris venaient de demander à la mairie de supprimer l’enseigne des pharmacies parce que pour eux, la croix, même verte, serait une atteinte à leur foi.

Phare FM : Dès lors, comme vous le disiez tout à l’heure, se pose la question : qui croire ? Que croire ?

Chroniqueur : Nous devons toujours avoir un sens critique face à ce qui est diffusé, avec plus ou moins d’effets d’annonces. Il faut presque se méfier des titres racoleurs du style : « Ce que vous cache tel ou tel.. » Il faut savoir qu’il existe au moins 60 sites d’infos qui sont malveillants et dont les dépêches sont pourtant souvent relayées, avec plus ou moins de complaisances. Ce qui est dramatique, c’est qu’aujourd’hui, même les faits ne sont plus pris pour vrais. Est vrai ce qui me convient. L’opinion publique est plus influencée par les émotions suscitées et perçues que par les faits factuels et vérifiés.

Phare FM : Faut-il se méfier de tout alors?

Chroniqueur : C’est un réflexe normal, mais ce n’est peut-être pas le bon réflexe. En effet, à force de se méfier de tout, on risque que croire n’importe quoi. Si je suis persuadé d’être manipulé partout et par tous, je suis alors prêt à gober n’importe quel mensonge alternatif. Et là, la manipulation aura parfaitement réussi à me détourner de la vérité. Soyons vigilants. Soyons capables de prendre de la distance. Soyons adultes.