Grain de Poivre du 16 décembre – Jean-Yves Peter – Interdit aux femmes !

En France, certains cafés sont interdit aux femmes ! Ça vous choque ? Jean-Yves Peter en parle ce matin …

 

Phare FM : On croit rêver ! la France a découvert la semaine dernière que dans la ville de Sevran, en banlieue parisienne, un bon nombre de cafés étaient ouvertement interdits aux femmes…

Chroniqueur : Oui. C’est la présidente d’une association locale appelée « Brigade des mères », Nadia Remadna, qui a rendu publique cette ségrégation en allant elle-même se faire refouler d’un café de sa ville, café de fait réservé aux hommes, et filmer cela en caméra cachée… Ce qui a donné lieu à un reportage diffusé au journal de France 2 le 7 décembre, réalisé également à Rillieux-la-Pape dans la banlieue lyonnaise, et qui constate que dans ces villes et bien d’autres comparables, les femmes sont de plus en plus assignées à domicile.

Phare FM : Reportage qui a suscité une vive indignation…

Chroniqueur : Oui… Dans une classe politique et journalistique aussi unanime évidemment que décontenancée, face à des pratiques sociales que tous qualifient d’intolérables. Citons Éric Woerth, Secrétaire Général des Républicains, qui a déclaré que de telles ségrégations « plantent un coup de poignard dans le cœur de la République » ; et le « cœur de la République », dit-il, c’est « l’égalité hommes-femmes »…

Phare FM : Il y a donc unanimité pour défendre cette valeur fondamentale de notre société…

Chroniqueur : Oui, unanimité ; mais unanimité aussi dans le désarroi… Parce que, que faire ? Comment réagir ? Certains appellent à la fermeture d’office des établissements concernés, à des poursuites contre les gérants… Tout en sachant très bien que fermer un café en fera ouvrir un autre à côté ; et comment empêcher un homme, mille hommes, d’interdire à leurs épouses et leurs filles de sortir seules, si celles-ci se soumettent de leur plein gré à une telle rétention, et même l’approuvent, comme le déclare une femme interviewée dans le reportage ? Toutes ces protestations politiques dissimulent à peine un triste constat d’impuissance. D’ailleurs, on ne les entend déjà plus.

Phare FM : Cette impuissance est quand même hallucinante Jean-Yves, pourquoi ? N’y aurait-il pas un problème de fond à cela ?

Chroniqueur : Parce que si l’égalité n’est pas dans les cœurs, elle ne peut pas être dans les faits. Et parce que la valeur égalité ne vient pas de la loi ; elle ne peut être le fait de la loi.

Phare FM : Comment instaurer l’égalité selon vous ?

Chroniqueur : Elle vient de l’Esprit de Dieu qui habite ou n’habite pas le cœur des hommes, et des femmes. Et cet Esprit se donne à entendre dans l’Évangile. Dans l’Évangile seulement. Ne serait-ce que par ce seul fait – et nous allons le fêter dans quelques jours – que Dieu est venu au monde, en Jésus, porté par une femme. Selon l’Évangile, la révélation de Dieu a été mise au monde par une femme. Comment celui qui croit en cela pourrait-il s’estimer supérieur à son épouse ?

Et puis le baptême, signe chrétien de l’union à Dieu, est le même pour une femme que pour un homme ; ce n’est pas le cas de la circoncision ; elle n’est, bien sûr, que pour les hommes. Et puis encore, c’est l’Esprit de Dieu dont on parle dans l’Évangile qui proclame qu’ « en Jésus, il n’y a plus ni homme ni femme ». C’est-à-dire, plus aucune ségrégation possible entre les humains, car plus aucune échelle de valeur devant Dieu. (Galates 3.28)

Phare FM : Quel rapport avec notre loi ?

Chroniqueur : Le rapport, c’est que notre société a été irriguée, façonnée par l’Évangile. Comme toutes les sociétés dites « occidentales », qui ont reçu de l’Évangile leurs valeurs et leurs principes, et qui apprennent à y confirmer leurs lois et leurs pratique. Ce n’est pas un loi qui peut faire naître un principe, c’est plutôt d’un principe que naît une loi . Ce à quoi l’on assiste, à Sevran, c’est à une société ou l’Évangile n’est pas, n’est plus écouté. Et où il n’y a pas, dans les cœurs, la conviction d’égalité, mais la loi du plus fort.

Phare FM : Que faire, pour lutter contre ces ségrégations ?

Chroniqueur : Il n’y a qu’une solution : annoncer l’Évangile. L’Évangile seul peut convaincre un homme qu’il n’est pas le maître de son épouse, mais qu’il est son frère, son égal devant Dieu. Comme Dieu s’est fait notre égal, notre frère en Jésus. Notre frère né d’une femme. Joyeux Noël !